Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansLe développement de la motricité globale de l’enfant

Le développement de la motricité globale de l’enfant

Comment la stimuler ?
Certains enfants, très actifs sur un plan moteur, se régalent, enchaînant les parcours moteurs avec beaucoup de plaisir et de joie ; la dimension ludique et interactive d’un parcours moteur va inciter à la découverte du corps, à l’équilibre, à la coordination des mouvements. Dans le même temps, d’autres enfants, peuvent sembler réticents, observateurs, réservés, et développent d’autres capacités.

Le bébé appréhende le monde suivant ses capacités à tenir allongé, assis ou debout et va développer des compétences motrices à une vitesse fulgurante et continue.
Durant les six premières années de sa vie, il va apprendre à s’asseoir, se tenir debout, à ramper, rouler, marcher à 4 pattes et debout, à grimper, courir, sauter, galoper, pousser et tirer. Tous ces mouvements doivent être exécutés avec coordination, précision et souplesse.
Les exercices de motricité globale créent un terrain favorable à l’évolution de la motricité fine qui nécessite un contrôle des membres supérieurs, et amènera l’enfant à développer de l’adresse pour être plus adroit à table, pour s’habiller, ranger ses affaires et participer aux activités de la vie quotidienne, à la maison, à la crèche, à l’école.

Quelles sont les habiletés motrices de l’enfant ?

Le mouvement est signe de vie, les premiers mouvements de la vie d’un enfant se caractérisent par une motricité globale à travers plusieurs aspects : manipulatoire (la saisie d’objet), locomoteur (ce qui permet de se déplacer), relationnel (expression, communication), habile (habiletés motrices).
On peut apprécier cette motricité par la capacité à contrôler son corps au repos : tonus musculaire et ajustements posturaux.
Cette motricité globale exige des qualités de dissociation et de coordination : la dissociation segmentaire du mouvement par rapport à l’ensemble et la coordination segmentaire qui combine des mouvements au départ segmentés. La commande de tous nos mouvements volontaires est réalisée par notre cortex sensori-moteur qui agit en coopération avec le système moteur postural. Ces mouvements évoluent au cours de la vie avec un impact sur la qualité de réalisation, la quantité d’énergie et d’attention nécessaires.
Exemples :

  • la marche d’un enfant de 1 an demande plus d’efforts que celle d’un adulte (habileté motrice) ;
  • un enfant de 7 ans qui joue au football peut arriver à contrôler un ballon, il le fera lentement en ne regardant que le ballon (habileté complexe) ;
  • faire rouler, lancer et attraper un ballon nécessite des habiletés qui demandent du temps avant d’être maîtrisées. L’enfant apprendra d’abord à faire rouler un ballon, puis à le lancer, et enfin, à l’attraper. Comme l’enfant apprend toujours les choses plus simples avant les plus difficiles, il sera capable de jouer avec un gros ballon, plus facile à manier, avant de savoir attraper une balle de tennis.

Le temps de l’enfant est un temps lent, ne l’oublions pas ! L’essentiel est de lui laisser le temps de terminer son mouvement et d’apprécier son bien-être et ses capacités qui évoluent.
L’adulte a un rôle déterminant en encourageant l’enfant à se déplacer, à apprécier les formes proposées (vagues, supports plats, de matières différentes, pentes) dans un dialogue incitant la découverte. L’aménagement d’un espace sécurisant, protégé par des tapis souples, des coussins, va permettre à chaque enfant de participer à une activité, au rythme de chacun, sans bousculades.

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :


Fondatrice
d’Ensemble pour l'Éducation
Tous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
Le matériel au service du bien-être à l’école

Comment favoriser le bien-être à l'école et la concentration des élèves ?

Plus que jamais, la classe est un lieu qui vit, de par les élèves et l’enseignant(e) qui l’habitent mais aussi avec le matériel qui évolue. Dès lors, lorsque j’arrive dans une classe, j’aime m’y sentir bien, me créer mon univers pour favoriser le bien-être à l'école. Ce lieu est le prolongement de notre maison. En effet, nous y passons environ 140  jours dans l’année. Tout comme nous, les enfants doivent s’y sentir à l’aise et s’approprier ce lieu.

Afin de faciliter cette adaptation, sur chaque table, je dispose une enveloppe en plastique. Dans cette dernière, il y a une bague hérissée qui permet aux élèves qui ont besoin d’écouter en ayant un objet en main, sans gêner les autres. Petit à petit des objets garniront cette enveloppe à la demande de l’élève ou à l’initiative de l’enseignant(e). D'ailleurs, elle sera aussi bien utile pour stocker les étiquettes en attente de collage. En complément, des éléments en lien avec l’idée de classe flexible sont mis à disposition des élèves : ballons, galettes avec picots, pupitre incliné, rouleaux de massage et élastiques pour les pieds…

Ces éléments sont autant de possibles pour favoriser le bien-être à l'école. Ils permettent à chacun de travailler dans de bonnes conditions.

 

Cas pratique : le cahier du bonheur pour développer la confiance en soi

La bonne relation avec l'enseignant(e) permet aux élèves de rentrer plus facilement dans les apprentissages. C'est pourquoi, pour favoriser ce lien, mes élèves reçoivent un cahier du bonheur. Dans ce dernier, ils écrivent toutes les deux semaines six bonheurs en lien avec l'école. Cela peut concerner des situations appréciées, des réussites, des camarades... Ils le rangent dans un casier où se trouve déjà leur réserve de matériel. Il est nominatif.

Régulièrement, je leur écris dans ce cahier un petit message : toujours dans la valorisation pour développer la confiance en soi à l'école. En effet, il ne s'agit pas ici de conseiller aux élèves d'arrêter de bavarder ou de leur demander de faire des progrès dans un domaine. Aussi, les enfants peuvent me répondre ou me dire quelque chose par écrit.

C'est un cahier qui peut aider à donner confiance à l'élève en mettant l'accent sur ses réussites et en créant un lien privilégié avec l'enseignant(e). Il y a toujours des progrès à valoriser, des belles choses à retenir d'une journée de classe.

Ainsi, l'année scolaire sera remplie de bons souvenirs qui permettront aux élèves de poursuivre leur scolarité en étant plus sereins et confiants.

 

A découvrir dans la rubrique Carnets d'école :

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :