Menu
Éducation

La dictée sportive : une méthode pour apprendre en bougeant

Lorsque j’ai effectué ma première année de CFP (centre de formation pédagogique), l’une de mes formatrices en français nous avait fait part d’une nouvelle forme de dictée. C’est une manière d’apprendre les mots pour se préparer aux dictées hebdomadaires que j’ai adaptée ensuite tout au long de ma pratique. Cette dictée se nomme : la dictée sportive.

Nous savons aujourd’hui combien il est important pour un enfant de ne pas rester statique en classe ou dans ses apprentissages à la maison. Les besoins de chacun sont différents et les temps de concentration varient d’un enfant à un autre. C’est pourquoi, cette manière d’apprendre les mots sera plus adaptée pour les élèves aux besoins kinesthésiques importants. Nous pouvons la mettre en place en classe mais également avec nos propres enfants à la maison.

 

Comment mettre en place la dictée sportive ?

On peut se munir de post-it sur lesquels on écrit les mots à retenir. Ensuite, il s’agira de les disposer un peu partout dans une pièce. L’adulte aura la liste de mots avec lui et demandera à l’enfant d’aller chercher l’un d’entre eux. Il ne doit pas prendre le post-it avec lui mais observer ce mot attentivement de manière à venir l’écrire correctement sur une feuille ou une ardoise près de l’adulte.

Ce dernier en vérifiera l’orthographe. Si le mot est bien écrit, l’adulte proposera un nouveau mot à aller chercher. Si le mot comporte une erreur, l’enfant devra retourner voir le mot pour revenir l’écrire dans la bonne orthographe. Aussi il fera autant d’allers-retours nécessaires à la validation du mot par l’adulte. Ce dispositif fera travailler la mémoire de l’enfant qui lors de son trajet ne devra pas oublier les lettres qui constituent le mot.

Afin de complexifier le jeu et donc faire travailler une mémoire moins immédiate, les post-it (ou étiquettes) pourront être disposés dans des espaces plus vastes : plusieurs pièces dans une maison, salle de sport, en extérieur si le temps le permet… L’enfant devra alors faire abstraction des stimuli extérieurs pour mener à bien sa tâche de restitution. En salle de sport notamment, un parcours pourra également être mis en place. Dans une maison, on pourra indiquer un itinéraire à respecter avant d’écrire le mot…

 

Mon application concrète de la dictée sportive en classe

Lorsque j’emmène tous mes élèves en salle de sport faire une dictée sportive, il est vite difficile et chronophage de recevoir chaque enfant qui donne sa réponse ; c’est pourquoi il est  plus judicieux de faire travailler les élèves en binômes. L’élève numéro 1 possède la liste et envoie l’élève numéro 2 chercher l’un des mots. Ce dernier, une fois l’orthographe du mot mémorisée, revient vers son camarade pour le lui épeler. L’élève numéro 1 valide ou invalide la réponse et de la même manière renvoie l’élève numéro 2 vers le même mot si la réponse est erronée. Si la réponse est valide alors un second mot est donné. Lorsque toute la liste a été faite, les rôles s’inversent.

 

Côté élèves : une pratique qui peut se gérer en toute autonomie

Certains de mes élèves en cours élémentaire travaillent tout seuls lorsqu’ils font leurs devoirs. Alors lors de cette phase d’apprentissage des mots pour la dictée, ceux qui veulent réviser par la dictée sportive peuvent aussi le faire sans l’aide de l’adulte. Ils peuvent alors écrire les mots sur des post-it qu’ils placent un peu partout dans leur chambre ou autre pièce de leur maison. Sur leur bureau, la liste des mots à mémoriser sera posée face cachée, ainsi qu’une feuille de papier ou ardoise. Ils choisissent aléatoirement un post-it, se concentrent sur l’écriture du mot à mémoriser et l’écrivent lorsqu’ils retournent à leur bureau. Dans ces circonstances, il s’agira d’écrire tous les mots vus sur les post-it avant de procéder à leur vérification orthographique. Dans un second temps, ils pourront enlever les post-it des mots qui auront été bien retranscrits et referont le jeu avec les mots restants.

 

En bref :

La dictée sportive peut être réalisée en plusieurs fois dans la semaine, soit en ne mettant pas tous les mots en une seule fois, soit en faisant évoluer le jeu dans les modalités de parcours.

Cette forme de préparation à la dictée est généralement très appréciée. Elle est dynamique et moins pesante pour l’enfant lors de son apprentissage. Ainsi la mémorisation de l’orthographe passera par le corps et le jeu.

 

A découvrir également dans la rubrique Carnets d’école :

 

A lire sur notre blog :

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.