Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansJardiner avec les enfants

Jardiner avec les enfants

Il fait beau (ou presque) et les hirondelles rentrent de leur lointain voyage. Dans leurs bagages, une petite graine appelée “printemps”. Semée sur tout l’hémisphère, Printemps réveille tout notre écosystème. Avec elle, les animaux sortent de leur phase d’hibernation, les insectes réinvestissent le jardin et les petits humains osent enfin mettre le nez dehors. Il est maintenant temps de s’aventurer dans le jardin, de préparer la terre pour l’arrivée des radis, concombres ou Solanum tuberosum (plus communément appelées “patate”) et de faire nos premières semences. Mais pas question de jardiner tout seul dans son coin : cette fois-ci le jardin se fera en famille. Zou, on enfile son tablier, chapeau, lunettes (s’il fait soleil), pelle et râteau… À nos végétaux !

Je découvre la permaculture

Première étape : créer son petit potager (pas très âgé).

Délimitez dans votre jardin ou sur votre balcon (dans un petit bac) un espace spécialement dédié aux expérimentations de Ptiloup. Un petit jardin rien qu’à lui, pour qu’il puisse jouer avec la terre (sans la manger de préférence) et planter ses premières fleurs, fruits et légumes.

De cette façon, Chouchou se sentira responsable de son espace et devra aussi faire preuve de patience avant de pouvoir récolter le fruit de son travail…

Mais le travail de jardinier ne s'arrête pas aux plantations. Être un bon jardinier, c’est savoir observer. Observer ces insectes qui fourmillent sous nos pieds. Observer le ciel et attendre les premières éclaircies. C’est prendre soin de notre écosystème et de la biodiversité, ce sont les préceptes d’une culture riche et résistante.

Alors, au placard herbicides et pesticides et bienvenus coléoptères, carabes et mauvaises herbes. Rien de tel qu’un gang de coccinelles pour éradiquer les pucerons venus par milliers sur nos plantations (1 coccinelle peut dévorer jusqu’à 150 pucerons par jour). Des carabes pour chasser limaces et gros escargots mangeur de salades et des abeilles, qui, avec la pollinisation en période de floraison assurent près de 85% de la production de fraises. Alors oui, c’est vrai, parfois ils nous font un peu peur ces insectes, mais si on les laisse tranquille ils nous laissent tranquille. Et pour les observer d’un peu plus près on peut même leur construire un petit abri. Morceaux de bois et pommes de pin pour le côté chaleureux, pailles et brindilles pour un aspect plus cosy sans oublier la terrasse avec balcon. Autrement, il vous suffit de naviguer sur notre site Wesco pour trouver l'hôtel (à insectes) de votre choix.

Maintenant il est temps de parler plantation.

Je plante des choux mais pas que…

À chaque saison ses plantations. Certains plants mettront plusieurs mois à devenir grands, pour d’autres il suffira de quelques jours. Mais tous se retrouveront un jour dans notre assiette. Par exemple, pour le menu de ce midi en entrée, on privilégie les radis et la salade.

Les radis sont de loin les plants les plus faciles à cultiver. Il peuvent être semés toute l’année et poussent très rapidement (18 jours environ). Petit conseil du jardinier, semez-les avec les carottes, ils repoussent les mouches.

Pour les salades, c’est la même chose : mâche, frisée, feuille de chêne, iceberg pommées ou à couper, il est très facile de s’en occuper. Privilégier les mois de février, mars, avril avec une culture sous tunnel (film plastique). Et pour éviter les salades toutes trouées, mettre un peu de paillage de chanvre c’est écolo et ça repousse les limaces.

Pour le plat de résistance ce sera frites !

Ah non, les plantations de frites n’existent pas encore, préférez un pied de pommes de terre, accompagné de tomates cerises en guise de Ketchup 😉

De petites tomates cerises à planter à la mi-mai (mi-mars sous serre avec une température d’au moins 20°) On n’oublie pas de mettre un tuteur pour que le pied reste droit. Les arroser copieusement. N’hésitez pas à installer un récupérateur d’eau de pluie au fond du jardin…

Un petit peu d’aromates pour pimenter le tout, basilic, thym et laurier, ciboulette et persil, autant de petits plants qui demandent peu d’attention et poussent n’importe où (ne pas les confondre avec les mauvaises herbes).

Enfin, le dessert : un petit florilège de fraises, Gariguettes, de Plougastel, Charlotte ou Maras des Bois à planter dès le printemps (mars/avril) s’il s’agit de godets, ou en juillet pour les racines nues. Bien exposées au soleil, il sera possible de les manger dès le mois de juin.

Et voici un petit menu riche en fruits et légumes du jardin. Et quelque chose me dit qu’il sont encore meilleurs si Chouchou les cultive.

Et après je recycle

Je vous vois venir, toutes ces épluchures vous comptiez les mettre à la poubelle ? Et si vous les mettiez dans un seau à part pour en faire du compost ?

Le compost c’est un peu comme une montagne de détritus biodégradables. On y accumule les déchets verts du jardin et de la cuisine (épluchures, marc de café, etc.) et on laisse faire la nature. Facile !

Des centaines de milliers de micro-organismes (bactéries, levures, champignons microscopiques…) vont alors se réunir pour dévaler les pistes et transformer cette peau de banane ou ce morceau de betterave en compost de couleur brun/noir. Mais attention, nos bactéries ont de petits estomacs, il leur faut entre 6 mois et 1 an pour digérer notre tas de déchets et le transformer en engrais organique nutritif.

Ps : n’hésitez pas à faire plusieurs petits tas de déchets, tous les 6/8 mois (pas la peine de reconstituer la chaîne des Pyrénées) mais, de cette façon, vous laisserez ces petites bactéries travailler en paix.

Puis vient le moment d’étaler notre “engrais” sur le potager.

Pas besoin de sortir le masque à gaz, une paire de gants et le tour est joué. À l’aide d’une pelle et d’un rateau, étalez le compost fait maison sur le potager.  Celui-ci va alors apporter à la terre l’azote et le carbone nécessaire aux plantes et agir sur la rétention d’eau. La terre est alors mieux aérée, l’idéal pour garder un sol vivant et des végétaux en pleine forme !

Bon jardinage

 

Sources :

Potager de balcon

Eveil et nature

La pause jardin

Permaculture design

Rustica

Au jardin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
Dormir à la belle étoile quelle drôle d’idée

Chers astro-campeur,

Envie de dormir à la belle étoile entouré de votre petite tribu et  transmettre à vos petits Crusoé des montagnes votre amour de la nature ? Envie d’admirer ensemble la magie des nuits étincelantes, leur expliquer la formation des étoiles et leur signification, écouter les bruits de la nuit ?  Pour vous permettre de réaliser vos envies nous avons veillé toute la nuit. Voici nos 5 conseils pour une nuit à la belle étoile réussie.

Conseil n° 1 : Bien choisir son emplacement

La camping à proximité des marais, aussi appelé “Everglades français” pour plus d’exotisme n’est pas franchement le lieu le plus approprié pour dormir. Le voisinage peut être hostile, surtout la nuit. Les “bzz” menaçants ruineront votre sortie nocturne et vous pourriez vous lever le matin avec un visage taillé façon pop-corn. Préférez un espace dégagé, pas trop éloigné des chemins pédestres, ni trop isolé. Pour les plus réticents, une première nuit étoilée en camping ou dans le jardin de famille peut aussi être envisagée.

Conseil n° 2 : Organiser une sortie repérage

Equipé de lunettes à vision nocture, d’une frontale à énergie “lunaire” et d’un GPS dernier cri, vous vous prenez pour le roi des sentiers, mais méfiez-vous la nature est imprévisible et une sortie de piste est possible. Si le bivouac hors des sentiers battus vous tente, n’hésitez pas à organiser quelques jours auparavant de petites randonnées sur terrains gras ou escarpés. Vous habituerez les enfants à ce nouvel environnement, à ses bruits, à ses animaux et insectes pour qu’ils dorment le soir venu sur leurs deux oreilles.

Conseil n° 3 : Jouer les météorologues

Chaleur, soleil, foudre, éclairs, pluie, ou chutes des températures,  nous avons tendance à oublier que l’été aussi le thermomètre joue les variables. Et si la montagne et son magnifique panorama vous inspire, méfiez vous ! En altitude, le temps change rapidement et les orages se font entendre. Avant de jouer les alpinistes, renseignez-vous auprès de guides ou offices du tourisme sur les conditions climatiques prévues. Pour une nuit sur la plage, le bulletin météo du journal suffira, attention cependant aux coefficients de marées…

Conseil n° 4 : Empiler les couches

Pour éviter de se faire surprendre par la rosée du matin, un conseil empilez les couches. Tapis de sol, de camping, couverture de survie… garantissez-vous la meilleure isolation. On n’oublie pas de se couvrir, parce que l’été aussi les nuits peuvent être très fraîches : T-shirt, polaire, doudoune, chaussettes et même petit bonnet pour les plus frileux. Emmitouflé dans son duvet, protégé par ce cocon de douceur, Ptiloup va se voir pousser des ailes (de papillon).

Conseil n° 5 : Jouer les astronautes

Préparez cette première nuit sous les étoiles en parcourant des livres sur les constellations ou en observant un globe terrestre jour/nuit. Ptiloup sera très fier de décrypter ces nouveaux messages que le ciel lui envoie et s’amusera à rechercher l’étoile polaire, la Grande Ourse, la Petite Ourse ou Cassiopée. Un petit moment de complicité en famille idéal pour partager vos connaissances et attiser la curiosité astronomique de votre enfant. Est-ce l'étoile de grand papi qui brille comme ça ? Les extraterrestres existent-ils ? Peut-on déménager sur une autre planète ? Nul doute Ptiloup sera sur son petit nuage et vous aussi.  

Faites de beaux rêves !

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :