Menu
Éveil & apprentissage

Pourquoi aider l’enfant à nommer ses émotions ?

Le cerveau de l’enfant est “immature” jusqu’à 5-6 ans. L’enfant vit alors ses émotions sans filtre et traverse de véritables “tempêtes émotionnelles”.  L’important alors est de l’aider à développer son “intelligence émotionnelle”. Alors, comment aider l’enfant à se calmer ? Quel est le rôle joué par l’adulte ? Réponse avec ce nouvel épisode de la série “Dis-moi”.

 

Ce que raconte la vidéo

Romy (3 ans) pleure et pousse ses camarades dans les rangs afin qu’ils lui laissent plus d’espace.

Pourquoi avoir filmé cette situation ?

Cette situation met en exergue l’importance des mots pour aider l’enfant à exprimer ses émotions et l’apaiser.

Dis-moi… pourquoi aider l’enfant à nommer ses émotions ?

Il est important que l’enfant nomme les émotions qu’il ressent. Or, il est difficile pour les plus petits de les reconnaître, notamment lorsque l’émotion est nouvelle ou complexe. Le rôle de l’adulte est alors crucial : en aidant l’enfant à reconnaître l’émotion vécue, il lui permet de verbaliser son mal-être et de s’apaiser.

En effet, il existe un lien entre la zone du cerveau qui contrôle les émotions et celle du langage. Le fait de pouvoir nommer les émotions a un effet apaisant sur le cerveau et permet à l’enfant de diminuer l’intensité des émotions. En mettant ses mots sur son émotion, l’enfant traverse cette phase plus sereinement et régule celle-ci.  

Comment accompagner l’enfant ?

  • Se mettre à la hauteur de l’enfant (« les yeux dans les yeux ») pour pouvoir l’aider à exprimer son émotion.
  • Être attentif et sensible aux causes des émotions de l’enfant, de sa source de stress.
  • Reconnaître les émotions vécues et aider à mettre les mots sur celles-ci : « je vois que … et cela te rend triste/en colère… ». Rappeler ce qu’il s’est passé et nommer l’émotion permet à l’enfant de se sentir compris.
  • L’aider à faire le tri dans ses émotions (exemple : si un enfant pleure après être tombé, si visiblement il ne s’est pas fait mal ; nous pouvons lui demander « tu as eu peur ou tu t’es fait mal ? »)
  • L’aider à reconnaître les émotions de base (joie, tristesse, colère, peur) et le langage du corps associé à chacune d’elles : sourcils froncés quand on est fâché, sourire quand on est content, larmes quand on est triste, etc.

Pour aller plus loin

En savoir plus sur l’auteur de la vidéo : 

L’association Ensemble pour l’Education de la Petite Enfance accompagne les équipes de professionnels de la petite enfance lors de formations et analyse de pratiques. Plus d’informations sur  www.eduensemble.org

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :

Ensemble pour l'Education de la Petite Enfance et la Fondation d'entreprise Wesco

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire