Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansComment apprendre à ranger avec la période sensible de l’ordre ?

Comment apprendre à ranger avec la période sensible de l’ordre ?

De plus en plus de méthodes aujourd’hui nous invitent à faire le tri, ranger, désencombrer nos intérieurs. Ces méthodes ont le vent en poupe car elles nous permettent de nous structurer, de nous focaliser sur l’essentiel et de ne plus perdre notre précieux temps dans des tâches vides de sens. Si on redécouvre le charme authentique de l’ordre à l’âge adulte, il n’en est pas moins puissant pour le jeune enfant. Maria Montessori définit notamment la période sensible de l’ordre parmi les grandes phases structurantes de l’enfance. Ainsi, comment accompagner l’autonomie de l’enfant et son bien-être en lui permettant de donner libre cours à son besoin d’ordre ? Comment pouvez-vous gagner du temps ? Comment lui apprendre à ranger en autonomie ?

Connaissez-vous la période sensible de l’ordre ?

Au commencement, il y avait les périodes sensibles

La période sensible de l'ordre expliquée avec Wesco

Avant que Maria Montessori ne nous éclaire sur nos petits êtres, il y a eu une fois Hugo Marie De Vries, le botaniste néerlandais de génie qui découvrit la notion de périodes sensibles chez l’animal. Il donne notamment l’exemple de la chenille, naturellement sensible à la lumière dans ses premiers jours de vie. Cette sensibilité la pousse à se pelotonner depuis les vertes feuilles en direction des troncs d’arbres et par la même occasion, à se protéger des prédateurs. En grandissant, le papillon n’a plus besoin de se protéger et perd en même temps cette sensibilité. Sa survie est donc conditionnée à cet inconfort passager.

Maria Montessori - le blog Wesco

Maria Montessori, que nous ne présentons plus, a transposé cette notion chez l’humain et la voici qui en détermine six phases ayant cours lors des six premières années de la vie nommées les périodes sensibles de :

Ces périodes sensibles sont des moments lors desquels les petits humains sont prédisposés à apprendre chaque notion dont ils auront besoin devenus adultes. Cette sensibilité spécifique à chaque phase est une incroyable opportunité pour permettre à l’enfant de s’épanouir avec le minimum de contraintes. En répondant à leurs besoins, ils absorbent de nouvelles compétences sans pression.

Mais l’ordre dans tout ça ?

L’ordre, c’est la période bénie lors de laquelle le petit d’homme aime naturellement que chaque objet ait une place et qu’il y soit rangé. Pas de bottine qui traîne dans l’entrée, pas de doudou hors du lit, pas de pyjama qui échoue toute la journée au milieu du salon, pas de jouet qui trône sous la table de la cuisine, non, rien de tout ça !

Enfin… Soyons sincères, il est possible de réduire (fortement) le chaos ménager en réorganisant la maison pour aider votre tout-petit à assouvir son envie de rangement.

Plus encore que ses performances ménagères, la période sensible de l’ordre est une phase lors de laquelle l’enfant apprend à s’orienter dans l’espace. Il donne un sens, une fonction à chaque objet (animé ou non) et un ordre. Par conséquent, il apprend à évoluer dans son environnement, à l’appréhender et à s’y repérer. Cela structure sa pensée bien plus que nous ne pourrions l’imaginer de prime abord.

Ainsi, l’on comprend à quel point il est structurant et rassurant pour un chérubin de répondre à son besoin d’ordre.

Comment encourager l’ordre à la maison ?

Selon Maria Montessori,

l’enfant porte en lui le plan de son développement, et nous pouvons l’aider en organisant la vie autour de lui pendant cette première partie de sa vie, de sorte qu’il se trouve lui-même, et y prenne, ce dont il a besoin pour devenir un Homme.

Afin d’accompagner cette inclination particulière, vous avez la possibilité de mettre en place plusieurs actions :

Un environnement sûr et sécurisant

Le besoin de sécurité est toujours au centre de nos préoccupations.

Pour laisser un enfant, même très jeune, évoluer dans un espace, il est nécessaire que l’environnement réponde aux normes de sécurité les plus élevées : pas de prise électrique défectueuse, pas d’objet tranchant ou contondant, pas d'objet précieux comme la porcelaine de Limoges (celle que vous aimez tant car elle vous rappelle votre arrière-grand-mère). Autrement dit, installez votre marmouset dans un environnement sécurisé.

L’environnement doit également être adapté à sa taille. L’affordance des objets, leur usage par l’enfant, est essentielle et souvent surprenante. Alors qu’un canapé peut se transformer en montagne à gravir, un lit trop grand peut créer un manque de sécurité pour votre mômillon.

En outre, il est nécessaire de ne pas oublier l’aspect sécurisant de votre présence dans son champ de vision et de la sienne dans le vôtre. L’environnement ne se limite pas ici au lieu géographique mais aux liens affectifs proposés. Un environnement sécure est encore ici l’heureuse conséquence d’un lien d’attachement sécure lui aussi.

Une place pour chaque chose, chaque chose à sa place

Pour que votre tout-petit puisse construire sa pensée, il faut en premier lieu déterminer les espaces de rangement et que chaque objet, jouet ait un lieu de stockage correspondant.

Matérialisez les rangements

Vous pouvez encore plus clarifier la distribution des zones de rangement en y collant des étiquettes avec des dessins ou photographies des objets à ranger. Sur une étagère, vous pourrez par exemple disposer différents bacs ou plateaux avec chacun un visuel de l’activité ou du jeu afférent.

Limitez le nombre de jouets/objets en libre service à la fois

Nous sommes tous pris dans cette irrépressible envie de gâter nos bouchons et de leur offrir ce qu’il y a de meilleur pour leur épanouissement et leur éducation. S’il est souhaitable de multiplier les activités, il faut rester attentif au nombre de jeux proposés. C’est pourquoi un tri s’impose régulièrement pour faire tourner une sélection plus restreinte de jeux et permettre de la sorte à l’enfant de tous les découvrir sans se sentir submergé.

Anticipez la fin du jeu

Lorsqu’il est l’heure de passer à table, d’aller se laver ou encore de sortir faire une promenade, il y a comme un climat de tornade dans le salon. Les jeux sont éparpillés et vous voudriez tout ranger d’un coup, tout de suite, on est pressé enfin ! Cette situation, que nous avons tous vécue, est particulièrement stressante et génère immanquablement des agacements, des frustrations, voire des cris. En anticipant ce moment, vous gagnerez en sérénité et en temps. Par exemple, 10 minutes avant de passer aux activités suivantes, prévenez l’enfant qu'il lui reste 5 minutes de jeu et qu’après, il pourra ranger avant de changer d’activité. 5 minutes plus tard, annoncez-lui qu’il peut ranger.

Si ce n’est pas une méthode miracle (mais en existe-il une ?), elle vous permettra tout de même de nombreuses fois de garder votre sang-froid tout en réduisant le sentiment de frustration de votre enfant.

Et le partage des tâches dans tout ça ?

L’autonomie passe aussi par la responsabilité de certaines tâches. Par conséquent, confier une tâche ménagère à accomplir est très valorisant pour lui et permet de lui faire comprendre la notion du vivre ensemble. Vous pouvez par exemple mettre en place un planning des tâches ménagères à accomplir en les adaptant à l’âge.

Autonomie ! Ne faites pas ce que l’enfant peut faire seul

La question de l’intervention de l’adulte est toujours centrale dans la pédagogie Montessori. L’adulte doit en effet s’interroger sur les besoins de l’enfant mais ne doit pas faire les choses à sa place. Il vous faudra beaucoup de patience pour accepter que votre trésor va ranger à son propre rythme et avec ses hésitations. Cependant, il tirera une grande fierté d’avoir maîtrisé son environnement et de lui avoir rendu son ordre originel.

En bref

La période sensible de l’ordre est une formidable opportunité de bien-être et d’éveil pour le tout-petit. L’ordre structure sa pensée et l’aide à se repérer dans l’espace. Bien plus qu’une simple méthode, elle inculque à votre poulpiquet que son être et ses besoins sont tout autant respectables que les besoins d’autrui. Y répondre permet à l’enfant de garder en lui le profond sentiment d’avoir sa place dans le monde.

Offrez-lui la possibilité de se développer selon ses rythmes et de conserver toute son humanité, il va adorer vous impressionner !

A lire sur notre blog :

Pour aller plus loin :

  • Lisez « L'enfant » de Maria Montessori

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :