Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ans8 activités pour initier les enfants à la poésie dès le plus jeune âge

8 activités pour initier les enfants à la poésie dès le plus jeune âge

La plupart des structures petite enfance intègrent déjà la poésie dans leurs activités quotidiennes, par exemple avec les histoires et les comptines. Mais il existe de nombreux autres moyens d’explorer la poésie avec les jeunes enfants, et de nombreux avantages à en tirer.

Les bienfaits de la poésie pour la petite enfance

L’une des caractéristiques clés de la poésie pour enfants est son aspect ludique, il n’est donc pas étonnant que les jeunes enfants réagissent naturellement bien à cela. Mais en plus d’être amusant, explorer la poésie peut être bénéfique de plusieurs façons :

  • Crée des bases pour le développement du langage oral et écrit
  • Aide à développer les compétences en calcul et les compétences musicales
  • Développe un intérêt pour la langue
  • Aide à développer l’imagination et la créativité
  • Améliore la mémoire
  • Aide à développer l’intelligence émotionnelle
  • Enrichit le vocabulaire
  • Améliore la concentration et l’écoute
  • Aide à développer les compétences sociales
  • Favorise un sentiment d’appartenance collective

 

Différents aspects de la poésie à explorer

Plusieurs aspects de la poésie sont à prendre en compte lorsqu’on planifie des activités (voir la section suivante pour des idées spécifiques). Ils peuvent être abordés de manière séparée ou combinée :

Le rythme : même les bébés répondent instinctivement aux rythmes, et les enfants de tous âges aiment applaudir, jouer du tambour et danser. Encouragez les enfants à bouger sur le rythme de la poésie en les aidant à reconnaître les syllabes et les séquences.

Les rimes : être capable d’identifier les sons qui riment est une compétence de base pour le langage écrit, et il existe de nombreux types d'activités centrées sur les rimes. C’est l’un des aspects les plus amusants de la poésie pour les jeunes enfants, alors faites appel à leur enthousiasme en les amenant à identifier et à créer leur propres suites de rimes.

Les allitérations : explorer les allitérations (c’est-à-dire lorsque tous ou la plupart des mots dans une phrase commencent par la même lettre ou le même son) est un bon moyen d’aider les enfants à apprendre à identifier et à distinguer les différents sons.

Les mots descriptifs : lire, apprendre et inventer des poèmes est un excellent moyen de renforcer le vocabulaire des enfants et d’améliorer leur capacité à exprimer leurs pensées et leurs émotions.

 

Des idées d’activités pour découvrir la poésie

 

Lire des livres et des poèmes

Choisissez dans votre bibliothèque des livres qui sont écrits en vers qui riment (par exemple les livres de la collection Mini rimes), lisez-les ensemble, et demandez aux enfants de prononcer les mots à la fin de chaque ligne. Trouvez des exemples de poèmes écrits spécialement pour les jeunes enfants, par exemple la collection Bon pour les Bébés.

 

Inventer vos propres poèmes

Aidez les enfants à créer de courts poèmes, et enregistrez-les ou mémorisez-les ensemble. Pour commencer, essayez de vous concentrer sur un thème particulier (par exemple, décrire la météo, ou un objet, ou ses émotions), ou une technique particulière (par exemple les allitérations, ou les onomatopées).

 

Les comptines

Faites des activités basées sur des comptines familières ou nouvelles. Par exemple, vous pouvez demander aux enfants de créer des compositions artistiques liées à la comptine, ou de jouer l’histoire en utilisant des marionnettes.

 

Les jeux de rimes

Vous pouvez essayer de nombreuses activités autour des rimes, voici deux idées : la première est un jeu d’association, qui consiste à mettre ensemble les cartes avec des images qui représentent des choses qui riment (par exemple voiture et peinture), et la deuxième est “passer le coussin”, dans laquelle un cercle d’enfants construit des chaînes de mots qui riment.

 

Battre le rythme

Choisissez les poèmes ou comptines préférés des enfants et donnez-leur différents instruments (tambours, maracas, clochettes...) pour qu’ils puissent battre le rythme pendant que vous les récitez ensemble.

 

Les poèmes à compter

Utilisez des poèmes ou des comptines comportant des chiffres (par exemple “1,2,3 nous irons au bois”), pour pratiquer les compétences en calcul.

 

Les poèmes avec actions

Les enfants adorent les poèmes et comptines qui incluent des actions (tels que “ainsi font, font, font”, “bateau sur l’eau”...), et c’est un excellent moyen de canaliser leur énergie et leur enthousiasme.

 

Les poèmes absurdes

Explorez quelques virelangues (ex : “les chaussettes de l’archiduchesse”, “un chasseur sachant chasser”) et autres poèmes absurdes, et laissez les enfants s’amuser à jouer avec les mots.

 

 

Cet article a été traduit et adapté par nos soins, retrouvez l’article original en Anglais "Activities for Teaching Poetry in the Early Years".

 

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
Comprendre et apprendre les mathématiques avec la méthode Singapour

Tous les 4 ans, l’étude comparative Timss mesure le niveaux des élèves de CM1 et de 4e de plus de 50 pays sur leurs capacités en Mathématiques et en Sciences.

A nouveau, l’édition Timss 2019 met en lumière les difficultés des petits français-ses, en bas de classement et sous la moyenne européenne.

Face à cette baisse continue du niveau des élèves français, le député et mathématicien Cédric Vilani, dans un rapport remis en février 2018, évoquait la nécessité de "réconciliation" avec les mathématiques et du plaisir d’apprendre. Ce rapport recommandait également à l’ensemble des partenaires pédagogiques de s’inspirer de la méthode Singapour.

Et si on vous en disait plus sur cette méthode progressive et ludique pour enseigner et faire aimer les maths aux enfants ? Ça vous tente ?

Qu’est-ce que la méthode Singapour ? 

Les élèves de Singapour sont aujourd’hui les meilleurs du monde en  mathématiques alors qu’ils étaient en bas de classement il y a 40 ans.

C’est en 1965, lors de l’indépendance de Singapour, que l’Etat décide de prendre les choses en main. En 1980, des didacticiens réalisent une synthèse de ce qui fonctionne en didactique des mathématiques. La méthode Singapour est née !

Cette technique d’apprentissage progressive a pour objectif d’inciter les enfants à passer du concret à l'abstrait et du simple au complexe...

Étymologiquement, le mot “comprendre” en latin, il signifie “saisir avec”, “prendre”. On comprend mieux lorsqu’on fait par soi-même. L’enfant a besoin de se sentir investi dans ce qu’il fait pour comprendre pleinement son acte et trouver des solutions à son problème.

Du CP jusqu’à la 6ème 

Dès le CP, les notions et opérations simples sont étudiées par couple (addition et soustraction, multiplication et division…), de manière approfondie jusqu’à ce que les élèves en comprennent le sens et les maîtrisent parfaitement.

L’apprentissage progressif repose sur l’approche dite “concrète - imagée - abstraite” et par la mise en application d’une grande variété de problèmes. Très tôt, les élèves sont incités à user de plusieurs stratégies pour la résolution des problèmes.

La phase concrète (par l’objet)

Les élèves sont guidés dans leur compréhension du concept grâce à la mise en situation ou la manipulation d’objets concrets (manipulation de cubes, de jetons, parts de gâteaux…).

Nos outils de manipulation

La représentation imagée 

Les objets sont remplacés par des images : la modélisation. Par exemple, dans la résolution d’un problème, une pile de 5 cubes représente le chiffre 5, puis une pièce de 5 centimes…

La représentation abstraite (Chiffres et symboles) 

Le recours aux seuls symboles mathématiques constitue l’objectif de cette ultime étape.

Progressivement, les élèves apprennent à utiliser exclusivement les chiffres et les symboles.

La verbalisation 

La verbalisation permet d’approfondir la compréhension du problème. Elle permet à l’enfant de décrire et d’expliquer ce qui l’a aidé à aboutir à la résolution du problème.

Lorsqu’il verbalise sa pensée et son raisonnement, cela aide l’adulte à voir si la méthode est réellement acquise ou non par l’enfant. Verbaliser permet de mettre des mots sur le problème et favorise sa résolution.

Petite technique : une fois que l’enfant a résolu le problème, invitez-le à venir exposer devant la classe son raisonnement ainsi que la solution du problème. C’est l’aboutissement de la compréhension du problème pour l’enfant et l’enseignant.

Pourquoi utiliser la méthode Singapour ? 

  • acquisition de bases solides par l’apprentissage en profondeur ;
  • meilleure connexion entre les différentes notions mathématiques apprises ;
  • apprentissage ludique et attrayant, la manipulation d’objets est plus porteuse de sens pour l’enfant qui comprend mieux ce qu’il fait et l’intérêt des opérations mathématiques ;
  • amélioration de la confiance en soi par la progressivité de l’approche et les différentes stratégies qui peuvent être utilisées pour résoudre un problème..

Comment mettre en place la méthode Singapour ? 

Afin d’aborder cette méthode dans votre classe, ou avec votre enfant, nous vous conseillons de bien assimiler les concepts. Plusieurs ressources s’offrent à vous sur internet ou même dans différents manuels.

Vous pouvez vous aider du Guide pédagogique (CP-CE1) développé par Jean-Michel Jamet, professeur des écoles et de son site internet.

Vous retrouverez également comment aborder les 4 opérations dès le CP et les différents concepts clés sur le site de la librairie des écoles.

Pour vous équiper, nous vous avons sélectionné du matériel spécifique : cubes colorés, en bois, avec des fiches d’apprentissages.

Réglettes nombres 

Base 10 en bois 

Maxi lot cube base chiffre et ses apprenti’fiches

Aujourd’hui, la méthode Singapour n’a plus rien à prouver concernant son efficacité et tente de rentrer pleinement dans le système scolaire Français. Il ne vous reste plus qu’à vous laisser tenter, essayer, puis moduler votre méthode selon le besoin de chaque enfant…

À lire aussi sur notre blog 

Comment développer les compétences mathématiques dès le plus jeune âge ? 

Les 8 types d'intelligences multiples 

Pédagogie coopérative : comment encourager le tutorat entre les élèves ? 

Pour aller plus loin 

Guide pédagogique de la méthode Singapour 

La méthode de Singapour selon Jean-Michel Jamet 

Et si les Français devenaient aussi forts en maths que les Singapouriens ? 

Sources 

La librairie des écoles 

Vidéo : La méthode Singapour 

RTL : L’étude du niveau des petits Français en maths 

France info : le niveau des élèves français en maths et sciences

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :