Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansEnfant 3-12 ansMon métier d’ergothérapeute

Mon métier d’ergothérapeute

Aujourd’hui, nous sommes allés à la rencontre de Juliette Lequinio, ergothérapeute et passionnée par son métier. Elle nous dévoile son métier et les enjeux auxquels elle fait face jour après jour.

Pouvez-vous nous expliquer le métier d'ergothérapeute ?

La base de l'ergothérapie, c'est l'activité humaine : « l'occupation », comme le disent nos collègues québécois ! L'activité, c'est manger, jouer, travailler, s'habiller, se déplacer, communiquer, avoir des loisirs : tout ce que nous faisons, chaque jour ou occasionnellement, et qui a une importance (même relative) pour nous. Les ergothérapeutes ont une formation solide basée sur les neurosciences, le développement sensori-moteur de l'enfant, l'analyse de l'activité et utilisent des techniques de rééducation "basées sur les preuves", en utilisant au maximum les recherches scientifiques !

Classiquement, l'ergothérapie combine rééducation (améliorer les capacités), réadaptation (développer des compétences d'adaptation pour chaque situation) et compensation (trouver des aides techniques, stratégies, "astuces" pour parvenir à réaliser l'activité). Car c’est en participant davantage que l’enfant multiplie les expériences et développe ses capacités !

Donc l'ergothérapeute travaille pour et par l'activité. Participer est un but en soi, mais aussi un moyen de booster les apprentissages. Par exemple, je vois un garçon autiste non verbal de 11 ans. Il a très peu de centres d’intérêt mais vient toujours regarder sa maman lorsqu’elle fait à manger. Nous avons donc d’abord travaillé en séance des préalables : coordination bimanuelle, reconnaissance visuelle des aliments, manipulation instrumentale. Puis, nous avons aménagé l’environnement et les outils à la maison avec la maman pour faciliter sa participation. Aujourd’hui, il participe quotidiennement à la préparation des repas, développe ainsi de nombreuses compétences, et il nous étonne par ses performances en cuisine !

Quels sont les patients enfants que vous recevez dans votre cabinet ? À quelles pathologies êtes-vous le plus souvent confrontée ?

Je reçois beaucoup d'enfants ayant un TSA (Troubles du Spectre de Autistique), des enfants "dys" (troubles spécifiques cognitifs, troubles des apprentissages), TDAH (Trouble Déficit de l’Attention / Hyperactivité) ou qui ont des problématiques motrices, déficience intellectuelle, retard neuro-moteur, etc. Je suis en train de me former à l'intégration sensorielle, et reçoit également de plus en plus d’enfants avec des troubles du processus sensoriel (hypersensibilité, hyposensibilité, troubles de la modulation sensorielle).

De quel matériel vous servez-vous ?

Le matériel est une composante primordiale : il faut qu'il soit motivant, qu'il cible l'objectif de travail, et surtout qu'il soit évolutif. Il faut adapter très précisément le niveau de « défi » à l'enfant pour qu'il soit stimulé, motivé et qu'il atteigne les objectifs fixés avec lui.

La salle d'ergothérapie est une vraie ludothèque : jeux de motricité fine, de motricité globale, matériels sensoriels, de logique… Je passe du temps à chercher l'activité la plus adaptée à la problématique de chaque enfant !

Comment l’utilisez-vous ?

Il faut décrypter toutes les composantes du jeu : que sollicite ce jeu au niveau sensoriel ? Au niveau cognitif ? Au niveau moteur ? Ces questions nous donnent une base de travail, puis en fonction de chaque objectif pour l’enfant, je vais complexifier la tâche, la combiner à une autre activité, ou simplifier telle ou telle composante. Comme vous pouvez le voir sur les mini-vidéos d’activités, il doit toujours y avoir un but à l’activité pour motiver l’enfant.

Pourquoi avoir choisi Wesco ?

Je pioche mon matériel un peu partout : magasin de bricolage, de sport, grandes enseignes de jeux... Wesco est une marque réputée des professionnels pour sa fiabilité : les stimulations proprioceptives et vestibulaires nécessitent d'avoir confiance dans le matériel !

Vous avez choisi d’utiliser le Scogym dans votre travail. Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a séduit ?

Je suis en train de me former à l'intégration sensorielle et cherchais un kit permettant de multiplier les types de stimulation : les aspects proprioceptif et vestibulaire sont régulièrement à la base de ce travail. Le système proprioceptif est ce qui permet au cerveau d’avoir des informations sur la position du corps, il participe à la régulation, à la planification motrice. C’est la base de tout mouvement !

Pouvez-vous nous donner quelques exercices que vous faites pratiquer à vos patients avec le Scogym ?

Voici quelques idées d‘exercices à partir de ce matériel :

  • Marcher sur une poutre avec des bracelets lestés aux chevilles. Le fait de lester les chevilles amplifie les sensations proprioceptives : l'enfant est davantage concentré sur la planification motrice du geste.
  • Pousser une boule du bout du pied. Il faut tenir sur un pied, gérer sa force, maintenir son équilibre tout en renforçant sa concentration !
  • Échanger des balles sur une poutre. L’objectif est de s'amuser, tout en conservant son équilibre sur une surface limitée...
  • Marcher à quatre pattes sur un miroir. Cet exercice est particulièrement intéressant car il modifie la perception de l'espace.

 

Pour aller plus loin : découvrez son blog où elle explique en détail son travail, ainsi que son livre écrit avec Gwendoline Janot : "100 idées pour développer l'autonomie des enfants grâce à l'ergothérapie".

 

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
Les 5 idées pour promouvoir l’autonomie des enfants

Un environnement pensé pour favoriser l’autonomie des enfant possède de multiples avantages comme  renforcer la confiance en soi et dans ses propres capacités, socle essentiel pour bien grandir. Nous avons fait équipe avec le conseiller pédagogique Alistair Bryce-Clegg pour vous présenter cinq des meilleures idées de son livre "50 idées fantastiques pour promouvoir l'indépendance” (en anglais).

Édité en français, n’hésitez pas également à vous inspirer du livre écrit par Juliette Lequinio et Gwendoline Janot : “100 idées pour développer l’autonomie des enfants grâce à l'ergothérapie”.

1. Créer une zone de peinture en libre-service

De quoi a-t-on besoin ?

  • Un distributeur à pompe (comme pour du savon liquide)
  • Des petits pots
  • De la peinture prête à l'emploi
  • Des brosses et/ou des éponges

Modus operandi

  1. Mettre de la peinture prête à l'emploi dans le distributeur à savon.
  2. Montrez aux enfants comment mettre la peinture dans les pots ou les palettes de mélange.
  3. Laissez-les utiliser la peinture librement pour réaliser des conceptions créatives.

Aller plus loin

  • Expliquez aux enfants le nombre de pression à utiliser avec le distributeur à pompe.
  • Offrez aux enfants la possibilité d’utiliser une sélection d'autres ingrédients comme de la farine ou de la bouillie d'avoine qu'ils peuvent utiliser pour ajouter de l'épaisseur ou de la texture à leur peinture.

Ce que cela apporte aux enfants ?

Les enfants apprennent non seulement à utiliser la peinture, la texture et la couleur, mais cette disposition les aide également à être autonome lorsqu’ils souhaitent réaliser des activités créatives.

2. Tableau à petits mots

De quoi a-t-on besoin ? 

  • Du papier coloré
  • Des pochettes à plastifier et une plastifieuse
  • Des cartes de visite
  • Un espace d'affichage à hauteur d’enfant
  • Des notes autocollantes

Modus operandi 

  1. Coupez un papier de couleur en rectangles, pour chaque enfant.
  2. Ajoutez le nom de chaque enfant dans le rectangle.
  3. Plastifiez les rectangles.
  4. Disposez vos différents rectangles sur le tableau d'affichage.
  5. Encouragez les enfants à écrire des messages tout au long de la journée en mettant une note sur le tableau de leurs amis.
  6. Les adultes peuvent également utiliser le tableau pour écrire des messages aux enfants.

Aller plus loin

  • Associez une photographie au nom sur chaque tableau pour aider les enfants qui ne savent pas encore lire.
  • Vous pouvez différencier l'affichage en ajoutant des cartes postales ou des enceintes connectées afin que les enfants puissent laisser un message vocal.

Ce que cela apporte aux enfants ?

Il s'agit d'une excellente activité pour favoriser l’échange et la  communication ainsi que la lecture et la création de repères. Les enfants qui ne savent pas écrire ou qui n’aiment pas écrire peuvent laisser un bonhomme souriant - smiley (ou un dessin) à leurs amis.

3. Jeu de rôle improvisé

De quoi a-t-on besoin ? 

  • De grandes et petites boîtes en carton
  • De paniers
  • Des briques de lait
  • Des tubes en carton
  • De tissu
  • De chapeaux et miroirs

Modus operandi 

  1. Récupérez de gros objets qui possèdent une ouverture comme des boîtes et des tubes et qui peuvent être facilement assemblables, comme pour construire une cabane par exemple, ou une scène semblable à une pièce de théâtre. (afin de laisser libre cours à l’imagination).
  2. Mettez les différents objets ou éléments dans un grand espace, extérieur si possible, où les enfants pourront se construire facilement un environnement en déplaçant et en assemblant facilement les objets.
  3. Demandez aux enfants de laisser libre cours à leur imagination en transformant ces objets en espace de jeux, ou en pièce de théâtre. Le but étant de créer un univers avec les différents objets tout en inventant une histoire afin de favoriser les échanges entre les enfants ainsi que leur imaginaire.

Aller plus loin

  • Créez un espace de jeu de rôle à l’extérieur mais également à l’intérieur selon l’espace disponible. L’histoire sera alors différente selon le lieu où l’enfant construira son univers.

Ce que cela apporte aux enfants ? 

Si les enfants n'ont pas beaucoup d'imagination dans les espaces de jeux de rôle qu'ils ont mis en place, alors ils auront du mal à y jouer sans le soutien d'un adulte, revenant souvent à jouer à la  “maison “ ou aux “super héros”. L’adulte pourra aider l’enfant à inventer une histoire et surtout à enrichir ses idées. Un jeu de rôle improvisé doit prendre en charge n'importe quel thème de jeu en raison de son potentiel illimité.

4. Extensions des jeux de rôle

De quoi a-t-on besoin ? 

  • De panier ou boîte
  • Des ressources qui sont axées sur un thème ou un métier spécifique : par exemple médecin ou peintre
  • Des livres pour apprendre et améliorer le thème choisi
  • Des matériaux de fabrication

Modus operandi 

  1. Identifiez les thèmes que vous souhaitez aborder dans votre jeu de rôle.
  2. Identifiez les principaux domaines d'intérêt pour les enfants exprimés à travers leur jeu.
  3. Regroupez des ressources pour améliorer ces thèmes.
  4. Apportez les améliorations dans votre espace de jeux de rôle pour soutenir l'apprentissage des enfants.

Ce que cela apporte aux enfants ? 

C'est toujours une bonne idée d'avoir un panier d’objets permettant d’étendre l’expérience de jeux de rôle improvisé.

Cela  soutient le développement et la consolidation du jeu des enfants dans un domaine qu'ils connaissent ou qui les intéressent. Si un adulte a créé un panier d'extension pour soutenir un thème enseigné que les enfants ne connaissent pas, comme “le vétérinaire” par exemple, alors l'adulte peut utiliser ces objets dans la zone de jeux de rôle improvisée pour introduire un langage approprié à ce thème.

5. Espace d'exploration extérieur

De quoi a-t-on besoin ? 

  • Des sacs, poches ou pochettes en tissu
  • Des loupes
  • Des bocaux
  • Matériaux de fabrication
  • Un presse-papiers
  • Des tasses, bols, cuillèrches et récipients
  • Des coussins et tapis

Modus operandi 

  1. Aménagez un espace extérieur où les enfants peuvent avoir accès à plein de choses à observer (plantes, insectes, feuilles, mousses …).
  2. Remplissez les sacs avec les différents outils pour aider les enfants à explorer cet espace extérieur.
  3. Encouragez-les à noter leurs résultats d’observation.

Aller plus loin 

Vous pouvez aussi partir en balade dans un parc ou une forêt pour explorer un environnement moins familier et ainsi voir de nouvelles choses à observer.

Inspirez-vous de notre article 15 activités pour explorer la nature.

Ce que cela apporte aux enfants ? 

Les enfants auront la possibilité de travailler seuls ou en groupe pour explorer leur environnement extérieur. Ils pourront collecter, examiner et créer avec les choses qu'ils trouvent. Ils sont ici libres d’adapter cette activité à leurs envies et attentes.

Le conseiller pédagogique Alistair a connu une carrière réussie de 10 ans en tant que professeur principal de l'école maternelle et de la petite enfance à trois niveaux dans le Cheshire en Angleterre. Parallèlement à ce poste, il s’est lancé dans une carrière de consultant spécialisé dans l'éducation des enfants et dans la petite enfance.

La plupart du temps, il propose de la formation dans les différents aspects de la pratique et de la gestion de la petite enfance aux niveaux national et international.

Alistair est également auteur et concepteur de produits primés, dont les travaux ont été publiés dans un certain nombre de livres et de magazines. 

Pour aller plus loin :

Quels sont les avantages à s’habiller tout seul ? 

Apprendre à ranger sa chambre

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :