Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansBien manger et bouger dès le plus jeune âge

Bien manger et bouger dès le plus jeune âge

L’apprentissage alimentaire et physique passe par beaucoup d’aventures et d’expériences qui laisseront aux enfants de merveilleux souvenirs qu’ils garderont une fois adultes. L’apprentissage alimentaire et physique passe par beaucoup d’aventures et d’expériences qui laisseront aux enfants de merveilleux souvenirs qu’ils garderont une fois adultes.

Quel plaisir de découvrir jour après jour la diversité de l’alimentation et les joies qu’elle procure tout comme celui de développer sa dextérité dans les domaines physiques.

De bonnes habitudes acquises durant l’enfance, en commençant tôt, auront toutes les chances de perdurer, c’est pourquoi c’est le moment clé pour agir : à la maison, en famille, à l’école, en centre aéré…

 

Un enfant qui mange bien et qui se dépense aura plaisir à aller dormir : tout cela favorise une croissance harmonieuse qui prévient les risques de surpoids et d’obésité. Faire jouer et faire bouger un enfant sont aussi des moyens doux et efficace de le détourner des écrans et autres activités sédentaires, même si certaines comme les cours en classe sont inévitables.

 

De 6 à 24 mois

La diversification alimentaire

Illustration issue du site Alimentation du tout petit

L’apprentissage des bonnes habitudes commence dès la phase de la diversification alimentaire en sollicitant les sens du tout petit.

 

Miam ! Votre attitude compte

L’enfant étant sensible aux signes non verbaux : souriez lorsque vous lui donnez à manger, et émettez des signes de plaisir. Cela va l’aider dans sa découverte alimentaire car le message est associé à une sensation agréable. Difficile pour lui de manger un aliment quand nous faisons la grimace lors de sa présentation.

 

Variez le plus possible

Faites-lui découvrir la diversité des fruits et légumes. Privilégiez les de saison, locaux et si possible bio. Si vous faites des petits plats maison, aidez-vous du site l’alimentation du tout petit.  Votre tout petit pourra faire la grimace : ce n’est pas grave. Répétez l’essai jusqu’à ce qu’il l’adopte. Proposez dans un premier temps les légumes seuls (et non un mélange)  pour que votre enfant identifie bien la saveur.

Tableau de l'alimentation recommandée pour les enfants de 6/12 mois

Tableau de l'alimentation recommandée pour les enfants de 6/12 mois

Optez pour des légumes et fruits surgelés pour ceux hors saison et réalisez des recettes maisons que vous adapterez à son âge. Il est important que l’enfant goûte et apprécie un maximum de saveurs différentes avant la période de néophobie alimentaire, qui commence vers 18 mois-2 ans.

À partir de l’âge de 1 an, l’enfant expérimente beaucoup de choses… C’est l’occasion de lui présenter les aliments qu’il consomme au quotidien, en y associant leurs noms. Parlez de leurs couleurs, du bruit qu’ils font (briser une baguette fraîche à côté de son oreille pour qu’il entende le croustillant…) ; faites-lui les toucher (le lisse de la tomate ou le rugueux du pain)…

Aidez-vous avec des imagiers sur les aliments ou encore de puzzles, encastrements, gros dominos sur les fruits et légumes ou encore de jeux de dînette pour aider à l’éveil de Bébé.

 

Encouragez-le à bouger !

L’acquisition de la marche, de l’équilibre sont source de sourires… Les tout petits sont ravis de grimper, trotter… Encouragez-les pour qu’ils développent ce goût du mouvement. Découvrez notamment les bases de la motricité libre pour aider Bébé dans ce grand apprentissage et ne plus frémir à l’idée de ses cascades.

 

24 mois à 36 mois

 

Comment lutter contre la néophobie alimentaire ?

 

la néophobie alimentaire

Illustration issue du site Alimentation du tout petit

Vers l’âge de 2 ans, votre enfant va commencer à dire non aux nouveaux aliments que vous lui présentez, voire même à refuser ceux qu’il appréciait d’habitude. Cela fait partie de son développement naturel. Cette néophobie peut être d’intensité variable et de durée plus ou moins longue. Elle n’est pas éternelle et s’achève en moyenne vers l’âge de 7 ans.

Cette période va mettre certains jours votre bonne humeur à l’épreuve. L’important est de ne pas vous décourager, ni de vous lasser. Laissez-lui à nouveau le temps de se familiariser en lui présentant régulièrement l’aliment concerné, dans un climat détendu sans jamais le forcer.

Faites-le participer : faites-lui cultiver des fruits ou des légumes, allez à la cueillette, préparez des recettes ensemble… C’est la bonne période pour commencer à le faire participer au potager ou à jardiner en famille ou encore à créer un mini potager avec des légumes à croissance rapide comme les radis… Cette stratégie sera payante à long terme.

À cet âge, l’enfant apprécie les jeux d’imitation ou qui accompagnent son développement cognitif. Proposez-lui de jouer à la dinette avec des aliments factices. Puzzles, lotos, imagiers lui permettront d’acquérir du vocabulaire et d’appréhender les formes.

Proposez-lui de grandes feuilles pour qu’il libère sa créativité en dessinant les aliments qu’il mange, boit ou jardine, ou proposez-lui de la pâte à modeler.

 

Développez son goût pour l’activité physique

 

Commencez également à lui parler de l’importance de faire bouger son corps. En effet, l’activité physique est le pendant indissociable de l’alimentation. Développer son goût pour bouger est tellement important. Jusqu’à 6 ans, il est recommandé qu’un enfant bouge 3 heures par jour. Prêt pour le défi ?

Variez les plaisirs pour qu’il éprouve des sensations variées source d’éclats de rire. La rédaction Wesco vous propose une série d’activités faciles à mettre en place :

  • marelle géante ;
  • concours du plus beau saut de flaque ;
  • partie de ballon en famille ;
  • sortie à la piscine ;
  • transformation du jardin en piste de décollage et se prendre pour des avions fous…

 

 

Pour aller plus loin, nous vous proposons les articles suivants :

Diététicienne-nutritionnisteTous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Bébé 0-3 ans
Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Entre 1 et 3 ans, l’enfant a besoin d’un petit coup de pouce de votre part pour réaliser une tâche. En effet, son cerveau ne sachant pas encore organiser ses tâches, l’enfant est focalisé sur le moment présent.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous aide à comprendre le schéma de pensée de l’enfant et vous donne quelques astuces pour l’aider à organiser la tâche à réaliser.

Dis-moi… Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Notre petit Ludovic se prépare pour jouer avec de la pâte à modeler. Mais son éducatrice lui demande de ranger d’abord le casse-tête de train, avec lequel il jouait. Son envie de profiter du moment présent prend alors le dessus et lui fait oublier la consigne de son éducatrice : Ludovic recommence à jouer. Cette attitude est tout à fait normale pour un enfant de son âge : plus l’enfant est jeune, moins il est capable de planifier. Son cerveau n’est pas assez mâture : l’enfant est alors davantage concentré sur le moment présent et le plaisir immédiat.
Ainsi, vous pouvez diviser la tâche en plusieurs étapes compréhensibles et à répéter les consignes. Dans le cas présenté, l’éducatrice indique à Ludovic de ranger les pièces dans la boîte puis, elle lui signifie d’aller placer la boîte sur l’étagère.
L’adulte permet ainsi à l’enfant de développer sa propre capacité de planification, ce qui est indispensable notamment pour l’ensemble des tâches quotidiennes.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Nommer et décrire les tâches à réaliser
  • Accompagner l’enfant dans la priorisation et l’aider à séquencer ses tâches
  • Etre un acteur accompagnant sans se substituer à l’initiative de l’enfant
  • Valoriser les tâches accomplies
  • Donner des consignes courtes et concrètes
  • Découper la tâches en petites parties
  • Être un modèle, faire preuve d’exemplarité
  • Instaurer des routines
  • Offrir des choix et apprendre à sélectionner

Pour aller plus loin

Bébé 0-3 ans
Comment aider l’enfant à s’endormir ?

La routine du sommeil revient tous les jours, que ce soit à la sieste ou le soir. S'il n'existe pas de méthodes miracles pour endormir les enfants, certaines conditions sont plus propices au sommeil.
Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous donne quelques conseils pour accompagner l’enfant en toute sérénité dans les bras de Morphée.

Dis-moi… Comment aider l’enfant à s’endormir ?

Le sommeil est nécessaire pour le développement du cerveau, la croissance du corps et le renforcement du système immunitaire. En faisant des activités calmes avant le coucher et en diminuant la lumière, l’adulte prédispose l’enfant à mieux s’endormir. C’est la glande pinéale ou épiphyse qui sécrète la mélatonine que l’on appelle l’hormone du sommeil. Elle est produite en absence de lumière et a pour mission principale de réguler le cycle du sommeil et de l’éveil. Tamiser ou éteindre la lumière aide donc l’enfant à s’endormir. Au contraire, la lumière vive et intense, comme celle des écrans, freine la production de mélatonine, ce qui nuit au sommeil.
Établir une routine prévisible au coucher rassure l’enfant car il sait ce qu’il va se passer. Lorsqu’il se sent en sécurité, il peut s’endormir plus facilement. Au besoin, une couverture ou un doudou auquel il est particulièrement attaché peut l’aider à se réconforter. Calme et détendu, l’enfant rejoint alors le pays des rêves en toute quiétude.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Établir une routine prévisible comprenant des activités calmes au coucher rassure l’enfant car il sait ce qu’il va se passer.
  • Proposer à l’enfant son doudou ou autre objet réconfortant (veilleuse, musique...) afin de le rassurer si de l’angoisse se fait ressentir.
  • Bannir les écrans avant le sommeil afin de favoriser la production de mélatonine.
  • Si le sommeil de l’enfant devient problématique pour la famille (fatigue intense des parents...), n’hésitez pas à en parler avec un spécialiste et surtout vous faire aider pour votre entourage. Il est important de vous protéger autant que protéger l’enfant.
  • Afin que l’enfant prenne l’habitude de s’endormir par lui-même, essayer dans la mesure du possible de le coucher quand il est encore éveillé.

 

Pour aller plus loin

Bébé 0-3 ans
Peut-on laisser les enfants jouer avec la nourriture ?

Lorsque vous étiez petit, vos parents vous ont sûrement répété à maintes reprises qu’il ne fallait pas jouer avec la nourriture. Pourtant, on considère aujourd’hui que c’est la meilleure manière pour eux de découvrir les aliments et de développer dès le plus jeune âge des habitudes alimentaires saines. En effet, les aliments présentent des aspects différents qui amènent les enfants à les manipuler, les goûter etc.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous aide à comprendre l’importance de la découverte sensorielle des aliments dans l’apprentissage de l’autonomie et le développement du goût.

Dis-moi… Peut-on laisser les enfants jouer avec la nourriture?

Découvrir de nouveaux aliments et apprendre à les aimer passe par le goût mais également par la vue et le toucher.
Quand on lui offre des cubes de pastèques, Nicolas les regarde, les prend du bout des doigts, s’amuse à les empiler et les soulève comme une fusée. Ces manipulations lui permettent non seulement de se familiariser avec cet aliment mais aussi d’exercer sa capacité à saisir de petites choses, à contrôler ses gestes et améliorer sa coordination. En écrasant la pastèque entre ses doigts, Nicolas découvre sa texture et constate que c’est tout plein de liquide. Quand il porte le morceau de pastèque à sa bouche, c’est avec plaisir qu’il en goûte le jus sans le croquer.
Les jeunes enfants aiment explorer leur nourriture et essaient peu à peu de se nourrir seuls avec leur doigts puis avec la cuillère. En laissant l’enfant manipuler, tâter et mâchouiller sa nourriture sans trop de restrictions, l’adulte lui donne l’occasion de découvrir ses aliments sous différents angles. Pour Nicolas, les moments de repas et de collations sont donc des moments de découverte et d’apprentissage comme lorsqu’il joue avec ses amis.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Laisser l’enfant explorer la nourriture qu’il a dans son assiette. En effet, le plaisir de manger passe par les cinq sens ainsi le toucher est aussi important que le visuel, l’olfactif ou le gustatif.
  • Le fait de prendre les aliments dans sa main va faire, par ailleurs, travailler sa motricité fine (et surtout la pince de la main)
  • Prévoir un tablier de table pour que l’enfant puisse explorer les aliments sans risque qu’il se tache ou se salisse.
  • Mettre en place des ateliers repas où l’enfant peut toucher, tripatouiller, mâchouiller… les aliments et surtout ceux qu’il ne connaît pas.

Pour aller plus loin

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :