Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansComment s’initier à la motricité libre

Comment s’initier à la motricité libre

et accompagner le développement moteur de Bébé.

 

Tout en découvertes, un espace de motricité libre doit répondre à plusieurs critères : la sécurité, la facilité d’entretien, la modularité ET la pédagogie. Nous vous proposons ici de découvrir la motricité autonome ou libre. Permettre à l’enfant de se mouvoir en toute sécurité, sous un œil attentif, et sans le maintenir dans une position dont il n’a pas la maîtrise, sont les bases de la motricité libre.

 

La motricité libre (ou autonome), qu’est-ce que c’est ?

La motricité libre, élément de la pédagogie Loczy, est un concept apparu dans les années 60, avec les travaux du Docteur Emmi Pickler, dans lequel un développement moteur autonome est permis à l’enfant. Bébé prend lui-même les manettes de son développement et éprouve un grand plaisir à prendre conscience de ses expérimentations et ses progrès.

Pourquoi la pratiquer ?

Laisser l’enfant accomplir ses propres objectifs, c’est lui permettre de gagner en autonomie. Ne pas intervenir lorsqu’il essaye d’attraper des objets ou qu’il tente simplement de nouveaux mouvements, c’est lui induire l’idée qu’il peut y arriver seul. Bébé se sent ainsi capable de découvrir son équilibre. Grâce à ses expérimentations, il éveille ses capacités et gagne en confiance. Bien sûr, la présence d’un adulte permet de s’assurer que Bébé est en sécurité. Cet œil est essentielle. Cette présence attentive de l’adulte contribue à la sécurité affective de Bébé.

Et en pratique ?

Avant 4 mois, Bébé n'est pas suffisamment mature pour se lancer. Vous commencez ses premiers mois en créant pour lui un environnement sécure. Le porter contre soi, en le câlinant et en échangeant avec lui, l’installer ponctuellement dans un transat douillet, le rassurer en l’entourant d’un cale-bébé, permet au nourrisson de gagner en confiance. À partir de ses 4 mois environ, Bébé, peut être laissé libre de ses mouvements et commencer à explorer le monde. Il est autonome et l’adulte l’accompagne de son regard bienveillant. Ainsi, Bébé s’installe dans des positions qu’il peut reproduire seul et où il peut se maintenir sans l’aide d’objet. L’espace de motricité libre que vous allez créer doit répondre à plusieurs critères : la sécurité, la facilité d’entretien, la modularité ET la pédagogie. Inspirez-vous de notre sélection 100% motricité globale.

Dis-moi comment tu bouges Bébé !

En ce qui concerne la mise en pratique de cette pédagogie, voici ici quelques positions, à envisager comme des points de départ pour encourager Bébé dans une motricité spontanée :

Initiation à la motricité libre par WescoÀ nous le roulé-boulé

Dans un premier temps, déposez Bébé sur le dos, sur un environnement moelleux pour éviter les bosses sur sa caboche. Optez pour une solution hygiénique comme un tapis en toile enduite qui se lave d’un coup d’éponge (pfiou, une machine en moins). Ajoutez un meuble bas pour laisser les jeux à sa hauteur, un cube, une balle, un doudou d’activité ou son jouet d'éveil préféré. Bébé va pouvoir commencer par les observer puis vite vouloir s’en servir. Il va apprendre seul à se retourner et rouler pour attraper les objets de son attention. Petit à petit, il maîtrise les mouvements de son corps. Pour faciliter ses crapahutages, vêtissez l’enfant sans entrave, avec des tissus souples.

 

Initiation à la motricité libre par WescoBientôt le quatre pattes

Allongé sur le ventre, Bébé va relever sa tête puis tout doucement apprendre à se redresser sur ses genoux et ses mains pour découvrir le quatre pattes. C’est le début de son autonomie physique ! Il découvre le bonheur de se déplacer seul et d’atteindre les objets de son choix sans être tributaire de l’adulte.

 

Initiation à la motricité libre par WescoPrêt à s'asseoir

Placez Bébé sur le ventre, la tête levée, les bras en appui et une jambe repliée. À partir de cette position, il va pouvoir se retourner et s’enrouler afin d’atteindre une position assise. Ici, le petit d’homme découvre son équilibre tout en découvrant le monde depuis un nouveau point de vue. Le tout-petit qui apprend seul à s'asseoir développe sa capacité à maintenir cette position naturellement. Pour l’encourager, vous pouvez placer des objets de curiosité légèrement en hauteur. Ainsi, un miroir accroché au mur peut l’encourager. Et quel bonheur de se découvrir !

 

Initiation à la motricité libre par WescoDebout moussaillon

Il peut ensuite s’aider d’objets pour se redresser. À quatre pattes, une prise solide lui permet de se hisser au sommet ! Une barre lui sert à se maintenir en position verticale. En attendant qu’il se tienne debout, n’hésitez pas à suspendre à la barre de petits miroirs ou objets qui sont autant de supports de découverte.

 

Initiation à la motricité libre par WescoDebout sans aide

L’enfant va ensuite apprendre à se lever seul, sans l’aide de prise ou de support. Bien que périlleuse, l’enfant prend plaisir à exercer cette motricité dont il est le seul acteur. Ainsi, il est le propre chef d’orchestre de ses progrès.

Et vous ? Pratiquez-vous déjà la motricité libre ? Quelles sont vos astuces pour la mettre en place ? N’hésitez pas à commenter et partager vos expériences.

 

NB : la motricité libre n’est qu’un des éléments de la pédagogie Loczy.

 

Pour aller plus loin, lisez ou relisez sur notre blog :

Sources pour en savoir plus sur la motricité libre :

Les illustrations sont le fruit de notre super illustratrice Elodie Decourtil (MERCI)

Chargée de CommunicationTous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
Le matériel au service du bien-être à l’école

Comment favoriser le bien-être à l'école et la concentration des élèves ?

Plus que jamais, la classe est un lieu qui vit, de par les élèves et l’enseignant(e) qui l’habitent mais aussi avec le matériel qui évolue. Dès lors, lorsque j’arrive dans une classe, j’aime m’y sentir bien, me créer mon univers pour favoriser le bien-être à l'école. Ce lieu est le prolongement de notre maison. En effet, nous y passons environ 140  jours dans l’année. Tout comme nous, les enfants doivent s’y sentir à l’aise et s’approprier ce lieu.

Afin de faciliter cette adaptation, sur chaque table, je dispose une enveloppe en plastique. Dans cette dernière, il y a une bague hérissée qui permet aux élèves qui ont besoin d’écouter en ayant un objet en main, sans gêner les autres. Petit à petit des objets garniront cette enveloppe à la demande de l’élève ou à l’initiative de l’enseignant(e). D'ailleurs, elle sera aussi bien utile pour stocker les étiquettes en attente de collage. En complément, des éléments en lien avec l’idée de classe flexible sont mis à disposition des élèves : ballons, galettes avec picots, pupitre incliné, rouleaux de massage et élastiques pour les pieds…

Ces éléments sont autant de possibles pour favoriser le bien-être à l'école. Ils permettent à chacun de travailler dans de bonnes conditions.

 

Cas pratique : le cahier du bonheur pour développer la confiance en soi

La bonne relation avec l'enseignant(e) permet aux élèves de rentrer plus facilement dans les apprentissages. C'est pourquoi, pour favoriser ce lien, mes élèves reçoivent un cahier du bonheur. Dans ce dernier, ils écrivent toutes les deux semaines six bonheurs en lien avec l'école. Cela peut concerner des situations appréciées, des réussites, des camarades... Ils le rangent dans un casier où se trouve déjà leur réserve de matériel. Il est nominatif.

Régulièrement, je leur écris dans ce cahier un petit message : toujours dans la valorisation pour développer la confiance en soi à l'école. En effet, il ne s'agit pas ici de conseiller aux élèves d'arrêter de bavarder ou de leur demander de faire des progrès dans un domaine. Aussi, les enfants peuvent me répondre ou me dire quelque chose par écrit.

C'est un cahier qui peut aider à donner confiance à l'élève en mettant l'accent sur ses réussites et en créant un lien privilégié avec l'enseignant(e). Il y a toujours des progrès à valoriser, des belles choses à retenir d'une journée de classe.

Ainsi, l'année scolaire sera remplie de bons souvenirs qui permettront aux élèves de poursuivre leur scolarité en étant plus sereins et confiants.

 

A découvrir dans la rubrique Carnets d'école :

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :