Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansOn n’est pas des poupées ni des pompiers

On n’est pas des poupées ni des pompiers

C’est quoi un jouet pour fille ou pour garçon ?
Fleurissent sur les catalogues pour enfants des pages roses et des pages bleues avec leurs jouets respectifs : poupons joufflus, adorables dînettes et bijoux à paillettes sur fond rose et audacieux, jeux de construction ou set de bricolage “comme les pros” sur aplat bleu.

A bien y regarder, comment ne pas rester dubitatif.ve devant cette ségrégation et se demander en quoi un jouet fille ou un jouet garçon peut prétendre à répondre aux besoins d’un genre plutôt que de l’autre ?

Le genre, une construction ou une réalité biologique ?

Bien sûr filles et garçons ne sont pas identiques d’un point de vue biologique. L’influence hormonale est indéniable et son exposition prénatale (et tout au long de la vie !) détermine certaines prédispositions1.

Les garçons auraient ainsi plus tendance à avoir besoin d’une activité physique plus prononcée. Cela ne veut pas dire que les filles ne sont pas motrices, seulement que les garçons ont plus facilement besoin d’activités impliquant le mouvement. Ainsi, les enfants ont tous besoin d’activités riches, de jeux calmes, de courses folles, de jeux de construction, de jeux d’imitation, etc. à proportions variées.

 

Vers 3 ans, votre tout-petit prend conscience de son genre. Son comportement se calque doucement en fonction de ses différentes sources de socialisation : famille, lieu de garde, ami.e.s, etc.

L’environnement prend donc une grande part dans la création des stéréotypes.

Les phrases prononcées comme " Un garçon doit jouer aux voitures, pas aux poupées " ou inversement et les gestes incitants à choisir des jeux selon le genre indiquent à l’enfant ce que la société semble attendre de lui. Les camarades de l’école contribuent aussi à renforcer ces idées préconçues. Ainsi, les enfants vont avoir tendance à développer plus d’affinités pour leurs pairs du même sexe. Le risque est non seulement de cloisonner son environnement mais également de se priver de belles rencontres.

Par ailleurs il se pose ou se posera aussi la question des enfants intersexes ou non-binaires. Dans un environnement hyper-genré, il devient extrêmement difficile et réducteur de trouver sa " place ".

Les stéréotypes genrés sont-ils gage d’un bon développement de l’enfant ?

Les adultes sont tout autant que les enfants baignés dans les stéréotypes. S’ils participent à donner une vision intelligible du monde en en simplifiant la lecture, il est nécessaire de les interroger pour qu’ils ne deviennent pas un frein à l’épanouissement et à la créativité de chaque enfant.

" (...) il est important d’offrir aux jeunes enfants des opportunités de jouer dans des groupes mixtes pour les aider à développer des relations interpersonnelles positives avec des pairs des deux sexes dans différents contextes.2"

Pour la société de demain, doit-on privilégier une éducation attentive au genre ?

Selon notre point de vue, il est nécessaire de proposer aux enfants une éducation qui non seulement n’est pas limitée par les stéréotypes mais bien une éducation qui offre à l’enfant la possibilité de développer ce qu’il y a de meilleur en lui : sa créativité, son empathie, sa résilience, son intelligence, son adresse, etc.

Et comment aider son Poulpiquet à révéler son génie ?

Pour accompagner votre enfant dans ses apprentissages et lui permettre de s’épanouir en suivant ses propres centres d’intérêts, vous pouvez :

  • veiller à ce que votre enfant évolue dans un milieu mixte ;
  • le laisser jouer avec ses jouets de prédilection tout en lui proposant des jeux diversifiés (construction, puzzles, calcul, voitures, poupées, livres variés, etc.) ;
  • vous-même réfléchir aux stéréotypes qui fondent votre imaginaire et les challenger en les questionnant ;
  • veiller à ce que votre enfant ne se conforme pas aux stéréotypes des apprentissages scolaires (la lecture pour les filles et le calcul pour les garçons ?) ;
  • lorsque votre enfant exprime un stéréotype, n’hésitez pas à interroger sa croyance afin de le minimiser ;
  • valoriser les sentiments, traits de caractères qui correspondent à vos valeurs plus qu’à l’idée que vous vous faites du genre de votre enfant (bienveillance, empathie, courage, endurance, etc.) ;
  • aménager son espace sans trop le genrer et en le pensant comme un lieu susceptible d’accueillir filles et garçons ;
  • laisser votre enfant explorer d’autres rôles sans vous en alarmer.

En bref

Pour parler de stéréotype à votre enfant, n’hésitez pas à lui proposer cette courte vidéo 1 jour, 1 question : C’est quoi un stéréotype ?

vidéo 1 jour 1 actu stéréotype

C'est quoi un stéréotype ? from Milan Presse - Editions Milan on Vimeo.

Comment cela se passe chez vous ?

Est-ce que vous encouragez votre enfant à jouer aux jeux souvent dédiés à l’autre genre ? Laissez-vous votre enfant s’identifier à ses pairs du sexe opposé ?

Découvrez également notre sélection très spéciale de jouets pour filles 😉

Sélection de jeux et jouets non-genrés

Pour aller plus loin :

1. Berenbaum SA, Beltz AM. Sexual differentiation of human behavior: Effects of prenatal and pubertal organizational hormones. Frontiers in Neuroendocrinology. 2011;32(2):183-200
2. http://www.enfant-encyclopedie.com/genre-socialisation-precoce/synthese

Chargée de CommunicationTous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
La méthode Singapour pour comprendre et apprendre les mathématiques

Tous les 4 ans, l’étude comparative Timss mesure le niveaux des élèves de CM1 et de 4e de plus de 50 pays sur leurs capacités en Mathématiques et en Sciences.

A nouveau, l’édition Timss 2019 met en lumière les difficultés des petits français-ses, en bas de classement et sous la moyenne européenne.

Face à cette baisse continue du niveau des élèves français, le député et mathématicien Cédric Vilani, dans un rapport remis en février 2018, évoquait la nécessité de "réconciliation" avec les mathématiques et du plaisir d’apprendre. Ce rapport recommandait également à l’ensemble des partenaires pédagogiques de s’inspirer de la méthode Singapour.

Et si on vous en disait plus sur cette méthode progressive et ludique pour enseigner et faire aimer les maths aux enfants ? Ça vous tente ?

Qu’est-ce que la méthode Singapour ? 

Les élèves de Singapour sont aujourd’hui les meilleurs du monde en mathématiques alors qu’ils étaient en bas de classement il y a 40 ans.

C’est en 1965, lors de l’indépendance de Singapour, que l’Etat décide de prendre les choses en main. En 1980, des didacticiens réalisent une synthèse de ce qui fonctionne en didactique des mathématiques. La méthode Singapour est née !

Cette technique d’apprentissage progressive a pour objectif d’inciter les enfants à passer du concret à l'abstrait et du simple au complexe...

Étymologiquement, le mot “comprendre” en latin, il signifie “saisir avec”, “prendre”. On comprend mieux lorsqu’on fait par soi-même. L’enfant a besoin de se sentir investi dans ce qu’il fait pour comprendre pleinement son acte et trouver des solutions à son problème.

Du CP jusqu’à la 6ème 

Dès le CP, les notions et opérations simples sont étudiées par couple (addition et soustraction, multiplication et division…), de manière approfondie jusqu’à ce que les élèves en comprennent le sens et les maîtrisent parfaitement.

L’apprentissage progressif repose sur l’approche dite “concrète - imagée - abstraite” et par la mise en application d’une grande variété de problèmes. Très tôt, les élèves sont incités à user de plusieurs stratégies pour la résolution des problèmes.

La phase concrète (par l’objet)

Les élèves sont guidés dans leur compréhension du concept grâce à la mise en situation ou la manipulation d’objets concrets (manipulation de cubes, de jetons, parts de gâteaux…).

Nos outils de manipulation

La représentation imagée 

Les objets sont remplacés par des images : la modélisation. Par exemple, dans la résolution d’un problème, une pile de 5 cubes représente le chiffre 5, puis une pièce de 5 centimes…

La représentation abstraite (Chiffres et symboles) 

Le recours aux seuls symboles mathématiques constitue l’objectif de cette ultime étape.

Progressivement, les élèves apprennent à utiliser exclusivement les chiffres et les symboles.

La verbalisation 

La verbalisation permet d’approfondir la compréhension du problème. Elle permet à l’enfant de décrire et d’expliquer ce qui l’a aidé à aboutir à la résolution du problème.

Lorsqu’il verbalise sa pensée et son raisonnement, cela aide l’adulte à voir si la méthode est réellement acquise ou non par l’enfant. Verbaliser permet de mettre des mots sur le problème et favorise sa résolution.

Petite technique : une fois que l’enfant a résolu le problème, invitez-le à venir exposer devant la classe son raisonnement ainsi que la solution du problème. C’est l’aboutissement de la compréhension du problème pour l’enfant et l’enseignant.

Pourquoi utiliser la méthode Singapour ? 

  • acquisition de bases solides par l’apprentissage en profondeur ;
  • meilleure connexion entre les différentes notions mathématiques apprises ;
  • apprentissage ludique et attrayant, la manipulation d’objets est plus porteuse de sens pour l’enfant qui comprend mieux ce qu’il fait et l’intérêt des opérations mathématiques ;
  • amélioration de la confiance en soi par la progressivité de l’approche et les différentes stratégies qui peuvent être utilisées pour résoudre un problème..

Comment mettre en place la méthode Singapour ? 

Afin d’aborder cette méthode dans votre classe, ou avec votre enfant, nous vous conseillons de bien assimiler les concepts. Plusieurs ressources s’offrent à vous sur internet ou même dans différents manuels.

Vous pouvez vous aider du Guide pédagogique (CP-CE1) développé par Jean-Michel Jamet, professeur des écoles et de son site internet.

Vous retrouverez également comment aborder les 4 opérations dès le CP et les différents concepts clés sur le site de la librairie des écoles.

Pour vous équiper, nous vous avons sélectionné du matériel spécifique : cubes colorés, en bois, avec des fiches d’apprentissages.

Réglettes nombres 

Base 10 en bois 

Maxi lot cube base chiffre et ses apprenti’fiches

Aujourd’hui, la méthode Singapour n’a plus rien à prouver concernant son efficacité et tente de rentrer pleinement dans le système scolaire Français. Il ne vous reste plus qu’à vous laisser tenter, essayer, puis moduler votre méthode selon le besoin de chaque enfant…

À lire aussi sur notre blog 

Comment développer les compétences mathématiques dès le plus jeune âge ? 

Les 8 types d'intelligences multiples 

Pédagogie coopérative : comment encourager le tutorat entre les élèves ? 

Pour aller plus loin 

Guide pédagogique de la méthode Singapour 

La méthode de Singapour selon Jean-Michel Jamet 

Et si les Français devenaient aussi forts en maths que les Singapouriens ? 

Sources 

La librairie des écoles 

Vidéo : La méthode Singapour 

RTL : L’étude du niveau des petits Français en maths 

France info : le niveau des élèves français en maths et sciences

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :