Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansL'œil du proL’importance du jeu d’imitation

L’importance du jeu d’imitation

Le jeu d’imitation peut aider les enfants à développer différentes aptitudes sociales : il peut soutenir le développement physique et est particulièrement essentiel aux débuts de l'apprentissage linguistique et verbal.

Les professionnels de la petite enfance, les parents et les soignants aident les enfants à profiter pleinement des bienfaits du temps passé avec les jeux d’imitation, grâce à une compréhension accrue de l'impact de ces jeux sur le développement des enfants. Il existe plusieurs formes de jeux d’imitation : le jeu de rôle, les marionnettes, le jeu avec des poupées et le monde miniature.

“Jouer avec des marionnettes peut encourager un enfant timide à verbaliser ses pensées”.

Les étapes du jeu d’imitation

La première étape de l’imitation commence dès les premiers mois avec des jeux tels que le « coucou » ou l'imitation de gestes simples comme bouger la main ou tirer la langue.
Vers 2 ans et demi, les enfants commencent à imiter leur mère ou leur père dans des jeux imaginaires.
Plus tard, les enfants de 3 à 4 ans prendront goût à ce jeu et y incluront des membres de leur entourage plus large : oncles et tantes, mais aussi des personnages issus de leurs livres et films préférés comme des pompiers par exemple.
Les structures d’accueil de la petite enfance et les écoles maternelles peuvent encourager et soutenir le jeu d’imitation, en créant un coin maison bien équipé, composé d'une cuisine réaliste, d'une bonne sélection de poupées et de beaucoup d'accessoires. Il existe beaucoup de possibilités et la difficulté est de savoir s'arrêter ! Les professionnels modélisent ce type de jeu de rôle afin d’aider le développement des compétences langagières. Regarder les enfants jouer dans le coin maison permet également de réaliser des observations et des évaluations. Il y a toujours beaucoup à apprendre en regardant les enfants jouer.

Se déguiser, un jeu d’enfant

Vous pouvez aider les enfants dans leurs jeux de rôle en leur proposant des déguisements. Il est très facile de constituer une sélection de costumes attrayants, prêts à porter : chevaliers, policiers, princesses, infirmières, docteurs... Ces costumes doivent être facilement accessibles, sur cintre, à hauteur d'enfant, attractifs et les ensembles doivent être complets. Il est intéressant d'encourager l'inclusion et la diversité en apportant des objets attrayants en provenance d'autres cultures, comme des pantoufles chinoises ou un sari indien.

Le Super héros

Jouer au super héros, comme Batman ou Superman, ou même à un personnage mythique qui vole ou jette des sorts est une forme populaire et pérenne de jeu qui convient aussi bien aux filles qu'aux garçons.
Les plus jeunes enfants ont alors la chance de devenir puissants et d'élaborer leurs propres règles. Ils donnent du sens à un monde qui peut souvent paraître confus. Le jeu de super héros permet de gagner de la confiance et canalise l'énergie de manière positive.

Des combats “ludiques”

De nombreux enfants en âge préscolaire aiment les jeux où ils font semblant de tirer et de tuer, souvent sous le regard consterné de leurs parents. Les fusils et les armes ne sont pas forcément nécessaires. Si les enfants veulent jouer à ces jeux, ils trouveront un moyen de le faire, et un stylo ou un bâton feront l'affaire. Même s'il n'est pas nécessaire d'encourager ce type de jeu, la bonne nouvelle est qu'il est parfaitement normal et le fait que les enfants utilisent des objets symboliques montre que l'enfant est prêt à apprendre à lire. Le fait de comprendre que des signes sur une page symbolisent des lettres et des sons est une compétence essentielle pour le décodage des mots.

Le jeu comme expression des émotions

Les enfants utilisent parfois le jeu d’imitation pour matérialiser leurs pensées liées à la vie réelle et leurs émotions : il peut aider à soulager les peurs et les chagrins.
Les marionnettes peuvent être utilisées lorsque les enfants sont réunis, afin de leur présenter de nouveaux sujets tels qu'une alimentation saine, jouer gentiment ensemble, etc. Une activité amusante pour les enfants est de fabriquer leurs propres marionnettes à l'aide de chaussettes, de cuillers en bois, de laine, de colle et de paillettes, ainsi que des petites pièces de bricolage. Jouer avec des marionnettes peut encourager un enfant timide à verbaliser ses pensées. Les marionnettes peuvent s'utiliser pour représenter les situations de la vie réelle, leurs histoires favorites ou des scénarios imaginaires. Toutes ces occasions sont précieuses pour le développement cognitif.

Votre rôle d’adulte

Un professionnel peut trouver difficile de savoir comment et quand intervenir lors d'un jeu imaginaire. L'intervention d'un adulte peut être bénéfique et peut donner une nouvelle direction au jeu ; ceci est particulièrement utile lorsque le jeu est sur le point de devenir répétitif ou ennuyeux, ou qu'il existe des conflits potentiels.
La sensibilité est très importante :
L’intimité des enfants doit être respectée, tout comme leur liberté de mener le jeu à leur manière. Dans l'idéal, les personnes qui travaillent avec de jeunes enfants doivent attendre d'être invitées à se joindre au jeu et, dans ce cas, le faire en tant que participants à parts égales plutôt qu'en tant que leader. Le fait d'ajouter de nouveaux éléments de vocabulaire au jeu, de manière subtile, aide à enrichir le langage et le développement.
Les professionnels peuvent également proposer leur aide en guidant le jeu : ceci peut se faire en établissant des scénarios (au sein d'un hôpital, par exemple), ce qui peut aider les enfants qui font face à des situations difficiles comme la naissance d'un frère ou d'une sœur ou un séjour à l'hôpital.
Le jeu imaginaire est parfois sous-évalué par rapport à d'autres activités qui préparent plus évidemment à l'école, comme le dessin et autres activités sur table. Cependant, le jeu imaginaire est d'une importance capitale pour le développement émotionnel, social, physique et cognitif. Il mérite qu'une grande énergie et des ressources soient consacrées à en faire une expérience aussi enrichissante que possible, pour tous les enfants. 

Quel jeu d’imitation pour quel âge ?

Entre 1 et 2 ans, les poupées font partie des premiers jeux d’imitation des enfants. Le tout-petit pourra s’amuser à habiller sa poupée, développant ainsi sa motricité fine, et s’occuper d’elle comme d’un bébé : lui donner à manger, la promener en poussette… À cet âge-là, l’enfant pourra également jouer avec ses toutes premières voitures et véhicules, qu’il s’amusera à faire rouler sur le sol ou sur un tapis de circulation, et qu’il emmènera partout avec lui.

A partir de 18 mois, des déguisements capes, sans manches et faciles à enfiler, peuvent être proposés aux enfants, qui pourront se mettre dans la peau de chevaliers, princesses, super-héros ou animaux. A partir de 2 ans, les déguisements métiers ou personnages font leur apparition, et développeront l’imagination des enfants.

C’est également vers l’âge de 2 ans que l’enfant commencera à inventer ses propres histoires ou à reproduire des scènes de la vie de tous les jours, en imitant ses parents ou les adultes de son entourage. Les cuisines et marchandes sont idéales pour reproduire le moment des courses ou celui du repas, tout en développant le vocabulaire des tout-petits, qui apprendront le nom des aliments, des ustensiles...

Pour les plus de 3 ans, les caisses à outils et établis réalistes sont idéals pour développer la motricité fine en s’amusant à visser, dévisser comme les grands.

Les figurines et leurs différents univers de jeu (fermes, garages, châteaux, maisons de poupées…) peuvent également être proposées aux enfants à partir de 3 ans. L’enfant pourra imaginer des histoires réalistes avec des personnages et animaux du quotidien, ou bien s’inventer des aventures avec des chevaliers, des pirates...

 

Cet article a été traduit et adapté par nos soins, retrouvez l’article original en Anglais "The Importance of Pretend Play".

 

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Bébé 0-3 ans
Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Entre 1 et 3 ans, l’enfant a besoin d’un petit coup de pouce de votre part pour réaliser une tâche. En effet, son cerveau ne sachant pas encore organiser ses tâches, l’enfant est focalisé sur le moment présent.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous aide à comprendre le schéma de pensée de l’enfant et vous donne quelques astuces pour l’aider à organiser la tâche à réaliser.

Dis-moi… Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Notre petit Ludovic se prépare pour jouer avec de la pâte à modeler. Mais son éducatrice lui demande de ranger d’abord le casse-tête de train, avec lequel il jouait. Son envie de profiter du moment présent prend alors le dessus et lui fait oublier la consigne de son éducatrice : Ludovic recommence à jouer. Cette attitude est tout à fait normale pour un enfant de son âge : plus l’enfant est jeune, moins il est capable de planifier. Son cerveau n’est pas assez mâture : l’enfant est alors davantage concentré sur le moment présent et le plaisir immédiat.
Ainsi, vous pouvez diviser la tâche en plusieurs étapes compréhensibles et à répéter les consignes. Dans le cas présenté, l’éducatrice indique à Ludovic de ranger les pièces dans la boîte puis, elle lui signifie d’aller placer la boîte sur l’étagère.
L’adulte permet ainsi à l’enfant de développer sa propre capacité de planification, ce qui est indispensable notamment pour l’ensemble des tâches quotidiennes.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Nommer et décrire les tâches à réaliser
  • Accompagner l’enfant dans la priorisation et l’aider à séquencer ses tâches
  • Etre un acteur accompagnant sans se substituer à l’initiative de l’enfant
  • Valoriser les tâches accomplies
  • Donner des consignes courtes et concrètes
  • Découper la tâches en petites parties
  • Être un modèle, faire preuve d’exemplarité
  • Instaurer des routines
  • Offrir des choix et apprendre à sélectionner

Pour aller plus loin

Bébé 0-3 ans
8 activités pour initier les enfants à la poésie dès le plus jeune âge

La plupart des structures petite enfance intègrent déjà la poésie dans leurs activités quotidiennes, par exemple avec les histoires et les comptines. Mais il existe de nombreux autres moyens d’explorer la poésie avec les jeunes enfants, et de nombreux avantages à en tirer.

Les bienfaits de la poésie pour la petite enfance

L’une des caractéristiques clés de la poésie pour enfants est son aspect ludique, il n’est donc pas étonnant que les jeunes enfants réagissent naturellement bien à cela. Mais en plus d’être amusant, explorer la poésie peut être bénéfique de plusieurs façons :

  • Crée des bases pour le développement du langage oral et écrit
  • Aide à développer les compétences en calcul et les compétences musicales
  • Développe un intérêt pour la langue
  • Aide à développer l’imagination et la créativité
  • Améliore la mémoire
  • Aide à développer l’intelligence émotionnelle
  • Enrichit le vocabulaire
  • Améliore la concentration et l’écoute
  • Aide à développer les compétences sociales
  • Favorise un sentiment d’appartenance collective

 

Différents aspects de la poésie à explorer

Plusieurs aspects de la poésie sont à prendre en compte lorsqu’on planifie des activités (voir la section suivante pour des idées spécifiques). Ils peuvent être abordés de manière séparée ou combinée :

Le rythme : même les bébés répondent instinctivement aux rythmes, et les enfants de tous âges aiment applaudir, jouer du tambour et danser. Encouragez les enfants à bouger sur le rythme de la poésie en les aidant à reconnaître les syllabes et les séquences.

Les rimes : être capable d’identifier les sons qui riment est une compétence de base pour le langage écrit, et il existe de nombreux types d'activités centrées sur les rimes. C’est l’un des aspects les plus amusants de la poésie pour les jeunes enfants, alors faites appel à leur enthousiasme en les amenant à identifier et à créer leur propres suites de rimes.

Les allitérations : explorer les allitérations (c’est-à-dire lorsque tous ou la plupart des mots dans une phrase commencent par la même lettre ou le même son) est un bon moyen d’aider les enfants à apprendre à identifier et à distinguer les différents sons.

Les mots descriptifs : lire, apprendre et inventer des poèmes est un excellent moyen de renforcer le vocabulaire des enfants et d’améliorer leur capacité à exprimer leurs pensées et leurs émotions.

 

Des idées d’activités pour découvrir la poésie

 

Lire des livres et des poèmes

Choisissez dans votre bibliothèque des livres qui sont écrits en vers qui riment (par exemple les livres de la collection Mini rimes), lisez-les ensemble, et demandez aux enfants de prononcer les mots à la fin de chaque ligne. Trouvez des exemples de poèmes écrits spécialement pour les jeunes enfants, par exemple la collection Bon pour les Bébés.

 

Inventer vos propres poèmes

Aidez les enfants à créer de courts poèmes, et enregistrez-les ou mémorisez-les ensemble. Pour commencer, essayez de vous concentrer sur un thème particulier (par exemple, décrire la météo, ou un objet, ou ses émotions), ou une technique particulière (par exemple les allitérations, ou les onomatopées).

 

Les comptines

Faites des activités basées sur des comptines familières ou nouvelles. Par exemple, vous pouvez demander aux enfants de créer des compositions artistiques liées à la comptine, ou de jouer l’histoire en utilisant des marionnettes.

 

Les jeux de rimes

Vous pouvez essayer de nombreuses activités autour des rimes, voici deux idées : la première est un jeu d’association, qui consiste à mettre ensemble les cartes avec des images qui représentent des choses qui riment (par exemple voiture et peinture), et la deuxième est “passer le coussin”, dans laquelle un cercle d’enfants construit des chaînes de mots qui riment.

 

Battre le rythme

Choisissez les poèmes ou comptines préférés des enfants et donnez-leur différents instruments (tambours, maracas, clochettes...) pour qu’ils puissent battre le rythme pendant que vous les récitez ensemble.

 

Les poèmes à compter

Utilisez des poèmes ou des comptines comportant des chiffres (par exemple “1,2,3 nous irons au bois”), pour pratiquer les compétences en calcul.

 

Les poèmes avec actions

Les enfants adorent les poèmes et comptines qui incluent des actions (tels que “ainsi font, font, font”, “bateau sur l’eau”...), et c’est un excellent moyen de canaliser leur énergie et leur enthousiasme.

 

Les poèmes absurdes

Explorez quelques virelangues (ex : “les chaussettes de l’archiduchesse”, “un chasseur sachant chasser”) et autres poèmes absurdes, et laissez les enfants s’amuser à jouer avec les mots.

 

 

Cet article a été traduit et adapté par nos soins, retrouvez l’article original en Anglais "Activities for Teaching Poetry in the Early Years".

 

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :