Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilBébé 0-3 ansLES GRANDS DOSSIERSDoit-on empêcher l’enfant de se chamailler et de se pousser ?

Doit-on empêcher l’enfant de se chamailler et de se pousser ?

“Doit-on empêcher l’enfant de se chamailler ?”, une question à laquelle tous les éducateurs et parents sont confrontés. Les adultes n’aiment pas voir les enfants se chamailler car ils ont peur que ces derniers se fassent mal ou que ce soit une “vraie bagarre”. Pourtant, les jeux de bataille sont positifs sur le développement des tout-petits. Ce nouvel épisode de la série “Dis-moi” est là pour répondre à vos questions principales :

  • Quelle est la différence entre le jeu de bataille et la vraie bagarre ?
  • En quoi le jeu de bataille est instructif ?

Ce que raconte la vidéo

Un groupe d’enfants âgés de 4 ans jouent au toboggan : ils se poussent et se chamaillent sous l’œil de l’éducatrice qui veille, à ce qu’il n’y ait pas de débordements.

Pourquoi avoir filmé cette situation ?

Que vous soyez professionnel ou parents, il est important que vous puissiez faire la différence entre les jeux de batailles constructifs et la bagarre. Cette vidéo a pour objectif de faire évoluer vos pratiques et votre regard sur ce jeu.

Dis-moi… doit-on empêcher l’enfant de se chamailler et de se pousser ?

Les jeux de bataille et de chamaille sont une source de plaisir tant pour les filles que pour les garçons. Leur intérêt pour ce jeu apparaît vers deux ans :  ils y apprennent alors à mesurer et contrôler leur force. Le jeu de bataille est un amusement où les deux enfants se chamaillent avec les mains ouvertes et sont tous deux gagnants à la fin.

Différencier le jeu de bataille de la véritable bagarre

Avant d’intervenir, l’adulte doit bien observer la situation pour pouvoir faire la différence entre les jeux de bataille et la bagarre. Dans les jeux de bataille, tous les enfants rient et sourient car ils ont du plaisir ; dans une bagarre, un des enfants perd le contrôle de ses émotions et de ses gestes. Dans une bagarre, un enfant domine, ce qui enlève aux autres le plaisir de jouer.

Le jeu de bataille, une étape du développement

Certains parents pensent que les jeux de bataille ou chamailleries peuvent mener à la bagarre, ce qui est rarement le cas. Au contraire, les enfants s’amusent à se chamailler : ils apprennent ainsi à contrôler leur impulsivité et à ne pas blesser l’autre. L’adulte peut même se joindre au jeu, en modérant sa force et en laissant les enfants prendre le dessus - devenant ainsi un modèle pour les enfants.  

Comment accompagner l’enfant ?

  • Observer les enfants afin de s’assurer qu’il s’agisse d’un jeu dans lequel chacun a du plaisir.
  • Lorsqu’un des enfants a toujours le dessus ou ne s’amuse pas, séparez-les.
  • Si le jeu de bataille se transforme en bagarre, séparer les enfants et faire un rappel des règles, non des interdits !
  • Si vous êtes un éducateur, transmettez l’information aux parents afin que l’enfant ait une continuité dans l’accompagnement de son développement.

Pour aller plus loin

  • Les jeux de batailles permettent de faire des apprentissages sociaux comme la maîtrise de soi, le sentiment de réciprocité et les comportements adéquats avec les pairs. 
  • Un enfant qui participe à des jeux de batailles aura moins recours à l’agression physique.  ().
  • Les jeux de guerre sont très populaires chez les enfants vers 3 ans. Dans le cadre d’une activité ludique où l’enfant prend du plaisir : ces jeux sont symboliques car ils permettent d’apprendre à gérer l’angoisse, de développer la coopération et l’imagination. 
  • Vous pouvez aussi visionner à nouveau la présentation sur l’agressivité chez le jeune enfant du Pr. Grégory Michel au sein du Train Petite Enfance et Parentalité : https://www.youtube.com/watch?v=kh8zhulucVQ)

En savoir plus sur l’auteur de la vidéo :

L’association Ensemble pour l’Education de la Petite Enfance accompagne les équipes de professionnels de la petite enfance lors de formations et analyse de pratiques. Plus d’informations sur  www.eduensemble.org

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :


Fondatrice
d’Ensemble pour l'Éducation
Tous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Bébé 0-3 ans
Le choix du lit à partir de 2 ans

 

Votre tout-petit a la bougeotte et se sent à l’étroit dans son petit lit bébé ? Ne serait-il pas le bon moment pour passer à un lit de “plus grand” ? Ou du moins de passer à un lit plus adapté à son gabarit et à ses besoins. Mais la grande question existentielle qui se pose est : quel lit choisir ? Jusqu’ici, vous êtes passé par une ou plusieurs solutions de lit bébé : couffin, berceau, cododo, lit à barreaux … Mais aujourd’hui, vous commencez à vous poser la question pour votre loulou, quand vais-je devoir le changer de lit ? Y a-t-il un âge pour changer de lit ? Et surtout, quel lit choisir pour qu’il soit parfaitement adapté à son âge et à ses attentes ?

Un lit à barreaux, oui, mais jusqu’à quel âge ?

Avant l’arrivée de bébé, vous vous êtes peut-être renseigné sur le lit bébé le plus adapté : berceau, lit cododo pour faciliter l’allaitement, couffin pour le maintenir tel un cocon... Ou tout simplement vous vous êtes immédiatement penché sur un lit à barreaux. Seulement, aujourd’hui bébé grandit, et vous vous demandez quand il sera temps de changer son lit.

Il faut tout simplement changer de méthode lorsque petit cœur ne coopère plus à dormir dans son lit à barreaux. Les symptômes ? il jette son doudou ou le contenu de son lit par terre / par dessus les barreaux et il cherche à escalader son lit pour en sortir. Cela peut même se révéler être dangereux. Cela peut se produire généralement autour des 2 ans de l’enfant.

Quand mettre bébé dans un lit de grand ?

Même si l’on parle souvent des 2 ans de l’enfant pour l’évolution vers un lit de plus grand, l’âge n’est pas forcément déterminant. Le principal, c’est que votre enfant soit prêt à passer cette étape sereinement. Pensez à son bien-être et surtout à sa sécurité. Inutile de le brusquer en lui installant immédiatement son lit de “grand”. Prenez le temps d’écouter et observer votre enfant et laissez-vous guider.

Quel lit choisir pour un enfant de 18 mois / 24 mois ?

Le choix du lit après les 18 mois de bébé marque une étape importante dans sa vie mais également dans celle de ses parents.

Première étape vers l’autonomie, c’est un cap à franchir pour son bien-être, son développement et son épanouissement, mais aussi pour son confort.

Vous trouverez dans le commerce une très large offre de lits enfant : lit simple, lit évolutif, lit bébé Montessori, lit au sol, lit cabane, lit en hauteur, lit superposé… L’important étant que le lit choisi respecte la santé et la sécurité de votre petit ange. Chaque lit possède des exigences et des normes à respecter, veillez à ce que celles-ci soient respectées en fonction de l’âge de l’enfant.

Le lit simple 90*190cm est certainement le plus utilisé pour les enfants comme premier lit après le lit à barreaux. Il est simple et efficace. N’hésitez pas au début à utiliser une barrière de lit si toutefois vous craignez que votre enfant tombe la nuit.

Le lit évolutif est pratique lorsque l’on souhaite acheter uniquement un seul et unique lit qui évoluera en même temps que l’enfant (et cela dès sa naissance) : il s’agira soit d’un lit à barreau qui deviendra un lit 1 place, soit d’un lit évolutif qui se présentera comme un petit lit une place qui saura grandir en même temps que l’enfant. On peut alors l’allonger en fonction de la taille et de l’évolution de l’enfant.

Le lit au sol ou lit Montessori, qu’il soit en bois ou en mousse, avec rambarde ou non, favorise l’autonomie et la motricité de l’enfant. Bibou pourra alors se lever ou se coucher à sa guise. De plus, étant placé au sol, plus aucun risque de chute !

Le lit en hauteur ou lit mezzanine Wesco a été spécialement conçu pour être utilisé de 2 à 6 ans. La plupart des lits mezzanine dans le commerce sont plus hauts et ne peuvent pas être utilisés avant 6 ans. Gain de place, il permet de ranger des objets du quotidien dessous, ou même d’y installer un coin cocoon. C’est l’idéal pour les petits espaces.

Lorsqu’il y a plusieurs enfants, vous pouvez aussi opter pour le lit superposé qui permettra de faire dormir 2 enfants l’un au dessus de l’autre.

Et le matelas dans tout ça ?

Un bon matelas ne doit être soigneusement choisi pour le confort et le bien-être de l’enfant. Il doit être adapté à la taille du lit que vous aurez choisi, waterproof ou non, réversible (une face été, une face hiver), respirant, plus ou moins ferme, anti-allergènes. A vous de choisir parmi la sélection de matelas Wesco.

Et après …

Il ne vous restera plus qu’à imaginer le nouvel espace nuit de petit-bout et à lui souhaiter de belles nuits pleuplées de doux rêves.

 

Source :

Lit enfant 2 ans : comparatif des meilleurs avis et test 

Pour aller plus loin : 

Un lit de grande pour Anna 

La bonne idée des lits empilables 

Contour de matelas Cocon et matelas waterproof

À lire aussi sur notre blog :

Une chambre pour développer l'autonomie avec Montessori

Comment aider l’enfant à s’endormir ? 

Histoires du soir : quelles lectures choisir ? 

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :