Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilEnfant 3-12 ansL'œil du proComment promouvoir la pleine conscience en maternelle ?

Comment promouvoir la pleine conscience en maternelle ?

Dès leur plus jeune âge, les enfants doivent « affronter » de multiples sollicitations quotidiennes, ce qui peut affecter leurs comportements. Il apparaît alors comme bénéfique de prendre du recul par rapport à ces activités et de créer des espaces de calme et de réflexion. Depuis quelques années, de nombreuses recherches soutiennent l’idée d’un programme éducatif autour de la pleine conscience. Toutefois, cette approche peut tout à fait être adaptée aux enfants de moins de 5 ans.

Qu'est-ce que la pleine conscience et pourquoi est-elle importante ?

La pleine conscience consiste à se concentrer sur le présent et à être conscient de ce qui se passe à l'intérieur et à l'extérieur, sans porter de jugement. Il s'agit de remarquer les sensations physiques et les réactions émotionnelles, ainsi que vos liens avec les autres et avec votre environnement. Savoir se concentrer et observer peut être extrêmement bénéfique de plusieurs façons pour les enfants de moins de 5 ans. En effet, cela aide les enfants à :

  • augmenter leur capacité d'attention,
  • comprendre et à réguler leurs émotions,
  • gérer leur stress et contribuer à leur bien-être général,
  • prendre conscience de leur corps et de leurs sens,
  • établir un lien avec la nature,
  • développer de l'empathie et de la compassion pour les autres.

Comment aborder la pleine conscience avec les enfants avant cinq ans ?

Pratiquer la méditation en pleine conscience avec des enfants de moins de 5 ans n’est pas chose aisée car les activités doivent être adaptées à leur âge. Il est donc important de les aborder en suivant quelques conseils pratiques :

  • Soyez réaliste quant à vos attentes : l'idée est de les initier doucement au concept et de construire une base pour développer les compétences pertinentes.
  • Pratiquez régulièrement et répétez les activités sur un temps court.
  • Favorisez une association positive avec la pleine conscience en rendant les activités amusantes et en encourageant le jeu.
  • Faites quelque chose de très énergique avant l’activité, afin que les enfants soient plus enclins à se reposer et à être calmes.
  • Mettez en place des activités que vous connaissez déjà et privilégiez celles que les enfants aiment faire, par exemple le jeu sensoriel.
  • Utilisez des mots et des expressions que les enfants peuvent facilement comprendre, comme « qu'est-ce que vous remarquez ? » et « comment vous vous sentez ? ».
  • Donnez l'exemple en décrivant ce que vous pouvez voir, entendre, ressentir et en faisant preuve d'empathie envers les autres.

Quelques idées d'activités de pleine conscience pour les enfants

  1. Décrire les émotions
    Asseyez-vous en cercle avec les enfants et demandez-leur de décrire différentes émotions : « Comment se sent-on quand ont est en colère, heureux ou inquiets ? » Vous pouvez les inciter en leur suggérant de visualiser leurs émotions sous forme de couleurs ou de météo.
  2. Le cercle d'écoute
    Emmenez un petit groupe d'enfants en excursion dans un parc local ou une réserve naturelle. Asseyez-vous en cercle et demandez aux enfants d'écouter les sons de la nature. Demandez-leur de lever les mains quand ils veulent partager un son qu’ils ont entendu.
  3. Regarder les nuages
    Surveillez le temps qu'il fait pour cette activité, car idéalement, vous avez besoin d'un ciel nuageux et d'une bonne brise. Demandez aux enfants de s'allonger dehors et de regarder les nuages (en prenant soin de ne pas regarder directement le soleil). Demandez-leur de faire attention aux formes et de remarquer comment les nuages changent au fur et à mesure qu'ils se déplacent.
  4. Jouer avec des ballons de baudruche
    Gonflez quelques ballons de baudruche et lancez-les en l’air. Indiquez aux enfants que les ballons sont des « bulles qui peuvent éclater » : il doivent donc éviter qu’ils touchent le sol et les relancer en les tapotant délicatement.
  5. Le sac à formes et textures
    Mettez une sélection d'objets de différentes formes et textures dans un sac. Demandez aux enfants d’insérer à tour de rôle leur main dans le sac pour toucher l'un des objets et le décrire aux autres sans le regarder avec le plus de détails possible.
  6. Détente/visualisation guidée
    Amenez les enfants à s'allonger sur le sol, sur des tapis confortables. Faites-leur faire un exercice de relaxation guidé (par exemple, en se concentrant sur tous leurs muscles à tour de rôle) ou une histoire de visualisation guidée (par exemple, en imaginant qu'ils sont couchés sur une plage).
  7. Yoga
    Le yoga est une activité ludique à essayer avec les enfants car il existe de nombreux mouvements amusants que les enfants de moins de 4 ans peuvent pratiquer comme les postures d’animaux, comme celle du chat, de l’escargot ou de la grenouille.
  8. Respiration consciente
    Il existe plusieurs façons de pratiquer la respiration consciente avec de jeunes enfants. Par exemple, vous pouvez la combiner à une action comme compter d’une main lorsque l’enfant inspire et de l’autre lorsqu’il inspire.

Pour aller plus loin :  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Bébé 0-3 ans
Peut-on laisser un enfant jouer seul, à l’écart du groupe ?

Alors que vous êtes en train de mettre en place une activité de groupe, un des enfants se met à l’écart du groupe pour jouer seul. Vous êtes alors quelque peu inquiet par son attitude, bien que vous sachiez que le jeu libre est la première forme de jeu à laquelle s’adonnent les bébés.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous donne les clés pour comprendre votre rôle dans pareille situation.

Dis-moi… peut-on laisser un enfant jouer seul, à l’écart du groupe ?

Bien sûr ! Le fait qu’un enfant se retire pour jouer seul et librement n’est pas un problème. Néanmoins, vous devez vous assurer que l’enfant ne reste pas dans son coin ou ne s’isole pas pour éviter d’entrer en relation avec ses autres camarades.

Dans la situation présentée, Jérémie s’écarte du groupe pour jouer dans le coin costumes alors que ses petits camarades réalisent l’activité de bricolage proposée par l’institutrice. Il essaye plusieurs déguisements avant de trouver celui qui lui convient. Ainsi, l’absence de règles encourage la créativité de l’enfant et l’amène à faire des choix par lui-même ce qui développe son autonomie et sa confiance en lui.

En offrant la liberté de jouer seul et en n’intervenant pas dans le jeu, l’adulte permet à l’enfant de passer un bon moment tout en lui permettant d’apprendre son rythme.

L’importance du jeu libre

Tous les enfants ont besoin de jouer seuls : c’est comme un retour aux sources pour eux car c'est ainsi qu’ils ont commencé. En effet, ce n’est que vers 2-3 ans qu’ils commencent à partager des jeux avec d’autres enfants, d’abord sans interagir puis en développant la coopération, l’entraide et le compromis.
Jouer seul apporte de nombreux bienfaits à l’enfant : il va y développer son autonomie, créativité et sa confiance en lui. Cela va lui permettre de découvrir son environnement et ses limites.
S'isoler d’un groupe peut aussi être ressourçant pour celui qui passe ses journées en collectivité : le jeu libre peut alors se révéler comme un temps plus calme où l’enfant recharge ses batteries.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Laisser des jouets adaptés à son âge, ses goûts et ses capacités à portée de mains.
  • Laisser l'enfant prendre des initiatives et expérimenter.
  • Garder un œil sur l’enfant, sans intervenir ; vous pouvez faire des commentaires positifs sur son jeu pour l’encourager.
  • Permettre à l’enfant qui s’est isolé de raconter/montrer ce qu’il a fait aux autres et de découvrir ce que ses camarades ont fait.

En savoir plus sur le sujet :

Pour aller plus loin :

Pourquoi laisser les enfants jouer sans règles ni consignes

Bébé 0-3 ans
Peut-on laisser les enfants jouer avec la nourriture ?

Lorsque vous étiez petit, vos parents vous ont sûrement répété à maintes reprises qu’il ne fallait pas jouer avec la nourriture. Pourtant, on considère aujourd’hui que c’est la meilleure manière pour eux de découvrir les aliments et de développer dès le plus jeune âge des habitudes alimentaires saines. En effet, les aliments présentent des aspects différents qui amènent les enfants à les manipuler, les goûter etc.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous aide à comprendre l’importance de la découverte sensorielle des aliments dans l’apprentissage de l’autonomie et le développement du goût.

Dis-moi… Peut-on laisser les enfants jouer avec la nourriture?

Découvrir de nouveaux aliments et apprendre à les aimer passe par le goût mais également par la vue et le toucher.
Quand on lui offre des cubes de pastèques, Nicolas les regarde, les prend du bout des doigts, s’amuse à les empiler et les soulève comme une fusée. Ces manipulations lui permettent non seulement de se familiariser avec cet aliment mais aussi d’exercer sa capacité à saisir de petites choses, à contrôler ses gestes et améliorer sa coordination. En écrasant la pastèque entre ses doigts, Nicolas découvre sa texture et constate que c’est tout plein de liquide. Quand il porte le morceau de pastèque à sa bouche, c’est avec plaisir qu’il en goûte le jus sans le croquer.
Les jeunes enfants aiment explorer leur nourriture et essaient peu à peu de se nourrir seuls avec leur doigts puis avec la cuillère. En laissant l’enfant manipuler, tâter et mâchouiller sa nourriture sans trop de restrictions, l’adulte lui donne l’occasion de découvrir ses aliments sous différents angles. Pour Nicolas, les moments de repas et de collations sont donc des moments de découverte et d’apprentissage comme lorsqu’il joue avec ses amis.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Laisser l’enfant explorer la nourriture qu’il a dans son assiette. En effet, le plaisir de manger passe par les cinq sens ainsi le toucher est aussi important que le visuel, l’olfactif ou le gustatif.
  • Le fait de prendre les aliments dans sa main va faire, par ailleurs, travailler sa motricité fine (et surtout la pince de la main)
  • Prévoir un tablier de table pour que l’enfant puisse explorer les aliments sans risque qu’il se tache ou se salisse.
  • Mettre en place des ateliers repas où l’enfant peut toucher, tripatouiller, mâchouiller… les aliments et surtout ceux qu’il ne connaît pas.

Pour aller plus loin

Bébé 0-3 ans
Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Entre 1 et 3 ans, l’enfant a besoin d’un petit coup de pouce de votre part pour réaliser une tâche. En effet, son cerveau ne sachant pas encore organiser ses tâches, l’enfant est focalisé sur le moment présent.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous aide à comprendre le schéma de pensée de l’enfant et vous donne quelques astuces pour l’aider à organiser la tâche à réaliser.

Dis-moi… Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Notre petit Ludovic se prépare pour jouer avec de la pâte à modeler. Mais son éducatrice lui demande de ranger d’abord le casse-tête de train, avec lequel il jouait. Son envie de profiter du moment présent prend alors le dessus et lui fait oublier la consigne de son éducatrice : Ludovic recommence à jouer. Cette attitude est tout à fait normale pour un enfant de son âge : plus l’enfant est jeune, moins il est capable de planifier. Son cerveau n’est pas assez mâture : l’enfant est alors davantage concentré sur le moment présent et le plaisir immédiat.
Ainsi, vous pouvez diviser la tâche en plusieurs étapes compréhensibles et à répéter les consignes. Dans le cas présenté, l’éducatrice indique à Ludovic de ranger les pièces dans la boîte puis, elle lui signifie d’aller placer la boîte sur l’étagère.
L’adulte permet ainsi à l’enfant de développer sa propre capacité de planification, ce qui est indispensable notamment pour l’ensemble des tâches quotidiennes.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Nommer et décrire les tâches à réaliser
  • Accompagner l’enfant dans la priorisation et l’aider à séquencer ses tâches
  • Etre un acteur accompagnant sans se substituer à l’initiative de l’enfant
  • Valoriser les tâches accomplies
  • Donner des consignes courtes et concrètes
  • Découper la tâches en petites parties
  • Être un modèle, faire preuve d’exemplarité
  • Instaurer des routines
  • Offrir des choix et apprendre à sélectionner

Pour aller plus loin

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :