Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilEnfant 3-12 ansL'œil du proDemain tous responsables !

Demain tous responsables !

Fais attention à la route” est sûrement l’une des phrases les plus prononcées par les adultes, à destination des enfants. Face aux dangers de la route, il n’est jamais trop tôt pour les sensibiliser et les aider à adopter les bons réflexes.

L’adulte, 1er exemple pour l’enfant

Dès son plus jeune âge et pendant de nombreuses années, l’enfant imite les adultes, surtout ses parents : voilà pourquoi, votre  comportement doit être exemplaire.

  • traverser sur les passages piétons s’il y en a un et non pas “en dehors des clous”. S’il n’y en a pas, montrez-lui comment choisir un lieu où il sera visible et où il verra loin des deux côtés de la route ;
  • regarder à gauche et à droite de la chaussée pour voir si des véhicules arrivent, avant de s’engager sur le passage piéton ;
  • s’il y a des feux, vérifier que le bonhomme est vert et que les voitures sont bien arrêtées avant de traverser ;
  • traverser en marchant, pour ne pas risquer de tomber sur la chaussée.

Un rôle crucial vers l’autonomie

L’apprentissage de la sécurité routière commence dès que l’enfant effectue des trajets avec un adulte (souvent dès 3 ans) : apprendre la différence entre la route et le trottoir, marcher sur celui-ci, traverser et repérer les dangers qui l’entourent, lui apprendre à observer ce qui se passe…
Nos 7 conseils pour lui faire adopter les bons comportements :

  • partir en avance pour éviter que l’enfant ait peur d’être en retard ;
  • lorsqu’il est tout petit, lui donner la main et marcher sur le trottoir (ou sur le côté de la route faisant face aux voitures) ;
  • signaler les lieux qui, même en marchant sur le trottoir, présentent un potentiel danger : sorties et entrées de garage, parkings ;
  • profiter d’une rue calme pour lui apprendre à traverser la rue ;
  • si une voiture est stationnée, lui montrer que pour être vu et bien voir, il faut descendre sur la chaussée et s’avancer jusqu’à la limite des voitures en stationnement avant de traverser ;
  • lui faire observer en permanence son environnement et les comportements des piétons, automobilistes, cyclistes ;
  • peu à peu, lui laisser plus d’autonomie : par exemple le laisser marcher à côté de vous sans lui tenir la main, puis seul ou avec un camarade devant vous. Attention : votre présence peut faire penser à l’enfant qu’il ne peut rien lui arriver.

Même si vous avez la certitude que votre enfant comprendra les dangers de la route et saura réagir, vous ne devez pas oublier qu’il ne sera capable d’évaluer correctement les situations qu’à partir de 11 ans. La vigilance est donc de mise !  

Quels outils pédagogiques pour éduquer à la sécurité routière ?

L’éducation à la sécurité routière fait partie intégrante des programmes de l’Education Nationale dès le cycle 1, et permet au cycle 3 la délivrance de l’Attestation de Première Education à la Route (ou APER). Afin d’accompagner cet apprentissage, vous pouvez :

Les enfants auront ainsi les armes pour “obtenir” leur permis piéton,  leur attestation et devenir des citoyens responsables.

Chargée de CommunicationTous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
Apprendre à ranger sa chambre

La chambre de votre enfant est envahie de jouets et gadgets en tout genre. Garder un lit fait plus de 10 minutes est une victoire personnelle et marcher sans écraser un seul jouet une prouesse d’équilibriste (non parce qu’un lego sous un pied c’est juste ….très douloureux…).

Parce que nous vous comprenons, nous sommes partis à la recherche d’astuces pour une chambre rangée ou proprement désorganisée toute l’année.

Penser accessibilité

Il faut penser petit. Aux yeux de votre enfant, vous êtes un géant. Tout vous est accessible (étagère, penderie, table à langer, lit). Vous êtes parfaitement autonome et Ptiloup aimerait bien l’être aussi. Attention “il ne s’agit pas d’abandonner un enfant à lui même pour qu’il fasse ce qu’il veut mais de lui préparer un milieu où il puisse agir” comme nous l’indique Maria Montessori. Chouchou doit simplement être acteur de son environnement. Réalisez ou achetez des meubles à sa taille. Équipez-vous de mini-bacs comme le bac à album Up et attribuez chaque bac à une catégorie de jeu : Ex : le bac à poupée, le bac à voitures, le bac à doudous….C’est un premier tri et c’est surtout très efficace pour retrouver la dernière voiture rouge qui roule super vite (parmi des dizaines de voitures rouges qui roulent super vite).

Créer des espaces

Non, la couette n’est pas un tapis de courses, le lit un trampoline et les rideaux ne sont pas franchement conçus pour faire une cabane….quoique dans une cabane, on dort très bien. Mais pour éviter que le bazar ne devienne un état permanent de la chambre, on crée des espaces. C’est ce qu’on appelle le bazar organisé 😉

  • L’espace pour dormir : Lit, commode, veilleuse… Cet espace cosy, douillet invite au repos et doit être accessible pour faciliter l’autonomie (par exemple le lit cocon…) Ainsi, si Ptiloup ressent le besoin de se reposer il ira “se ranger” tout seul comme un grand.
  • L’espace pour jouer. Dans cet espace, c’est simple il y a des jeux, des jeux et encore des jeux. Il n’est pas nécessaire d’y entreposer tous les cadeaux de Noël. Un florilège de 3 à 6 types de jouets fera l’affaire. Échangez certains jouets tous les 2 ou 3 semaines pour stimuler l’éveil de votre enfant et faites appel à sa créativité et à son imaginaire.
  • L’espace pour s’habiller et faire sa toilette. Attention il ne s’agit pas d’aménager un dressing avec salle de bain attenante. Une petite penderie avec une commode avec quelques tiroirs suffisent. Accrochez un petit miroir au mur pour que Ptiloup puisse s’habiller (ou choisir sa tenue) tout seul le matin. Et le soir, on n’oublie pas de mettre ses chaussettes et son slip étoiles dans le bac à linge sale.

Expliquer ce que c’est que ranger

Nous avons tous une vision du rangement (et de la propreté) différente. Pour un enfant, ranger rimera le plus souvent avec cacher. Pour l’adulte, ce sera trier, nettoyer, plier, regrouper (sans entasser). Alors, pour éviter toute déconvenue, crise et hurlement, pourquoi ne pas prendre le temps d’expliquer ce qu’on entend par ranger et accompagner Ptibout dans sa démarche. Par exemple :

Pour les enfants de moins de 3 ans :

  • Ranger ses livres et ses jouets
  • Ranger son cartable
  • Préparer ses vêtements pour le lendemain
  • Ranger son manteau et ses chaussures

Pour les plus de 3 ans :

  • Faire son lit avant de partir à l’école
  • Ranger son bureau pour les leçons
  • Ranger ses vêtements dans la commode
  • Préparer et ranger sa boîte à goûter

Le ménage et ses vertus

Aussi étrange que cela puisse paraître, le ménage a de nombreuses vertus thérapeutiques et éducatives (oui, oui !). En rangeant leur chambre, les enfants apprennent à devenir autonome. Ils acquièrent des automatismes (qui sauront faire la différence à l’adolescence…). Vous leur faites confiance, ils se sentent responsables et utiles. Et puis ils ne s’agit pas de transformer Ptiloup en Cosette des temps modernes, le rangement c’est aussi à quatre, six ou huit mains quand c’est vraiment le bazar. Pourquoi ne pas imaginer un jeu “celui qui range le plus vite…?”  Et vous verrez... ça se passera tout de suite mieux.

Retrouvez nos autres astuces “chambre enfant” sur l’article Aménager une chambre d’enfant

Quelques objets pour une chambre au carré :

BAC À ALBUMS Up

Contour de matelas Cocon + Matelas Waterproof

RANGEMENT

ARBRE PORTEMANTEAU Cactus

Coffre

Sources :

Huffington post

Parents

Blog assistante maternelle

Naître et grandir

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :