Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilEnfant 3-12 ansL'œil du proLe handball, c’est quoi ?

Le handball, c’est quoi ?

Après l’exploit de nos handballeuses en décembre dernier face à la Norvège, c’est au tour des Experts de partir à la conquête d’un 4ème titre européen sur les terres de leurs meilleurs ennemis croates. Des exploits qui font vibrer des millions de supporters et de téléspectateurs devant leurs écrans et encouragent les enfants à imiter leurs champions préférés : Nikola Karabatic, Allison Pineau, Michael Guigou ou Sirama Dembelé. Mais au fait, c’est quoi le handball ?

Un sport venu du Nord

Les origines du Handball sont plutôt floues : ce sport serait né à la fin du 19ème siècle au Danemark avec l'apparition du « haandbold », jeu qui se déroulait sur un petit terrain quasi identique à celui d’aujourd’hui. Les Allemands eux aussi en revendiquent la paternité : le handball serait né selon eux en 1919, lorsqu’un professeur de l’Ecole Normale Germanique d'Education Physique de Leipzig propose une adaptation pour les hommes du Torball (balle au but), uniquement pratiqué par les femmes comme activité physique.

Ces origines nordiques et germaniques expliquent ainsi que « handball » se prononce à l’allemande ou à la française et non à l’anglaise comme « football ».

Comment jouer au handball ?

Avant de tenter toute roucoulette (tir qui contourne le gardien grâce à l’effet donné par le tireur), chabala (feinte d’un tir puissant qui fait baisser les bras du gardien : le joueur casse son poignet et le tir passe au-dessus de la tête du gardien) ou même d’imaginer un kung-fu (passe récupérée en extension avec tir déclenché avant de retomber), revenons aux fondamentaux.

Dans un match de handball, deux équipes de 7 joueurs s’affrontent sur un terrain rectangulaire séparé en deux camps. Deux cages sont placées de part et d’autre du terrain, entourées de deux zones de 6 mètres dans laquelle les joueurs de champ ne peuvent pas pénétrer (sauf pour tirer les pénaltys).

Chaque joueur de champ a une place attitrée :

  • deux ailiers (droit et gauche) : joueurs de petit gabarit, ils sont placés dans le coin, le long de la ligne de touche. En attaque, ils ont pour rôle d’étirer la défense adverse le plus possible. Il leur arrive aussi de glisser dans celle-ci pour la désorganiser et devenir un second pivot de l’attaque. Grâce à leur explosivité, ils sont en position optimale pour marquer en contre-attaque lors d’une perte de balle de l’équipe adverse.
  • deux arrières (droit et gauche) : ils sont les rampes de lancement de l’attaque. Leur spécialité : le tir en extension, possible grâce à leur taille (un arrière culmine souvent à plus de 1,90 - 2 mètres). Il peuvent aussi faire un passe au pivot ou prendre l’intervalle au sein de la défense et effectuer un tir à faible distance.
  • un demi-centre : le meneur de jeu ! Cet arrière-central a pour rôle d’annoncer les combinaisons et de lancer les attaques.
  • un pivot : posté le long de la ligne des 6 mètres, il est au cœur de la défense adverse et sert à fixer les défenseurs.

Pour gagner, une équipe doit marquer le plus de buts dans la cage de l’équipe adverse. Pour cela, chaque joueur peut faire avancer le ballon en faisant des dribbles ou des passes à ses coéquipiers ou trois pas sans dribbler, mais doit avoir lâché son ballon avant d’entrer dans la zone.

A quel âge peut-on commencer le handball ?

Le BabyHand pour les 3-5 ans

Dès le plus jeune âge, les enfants peuvent s’initier au handball via une pratique adaptée, le BabyHand. Destiné aux 3-5 ans, sa pratique se développe de plus en plus dans les écoles maternelles et dans les structures petite enfance, en lien avec l’accompagnement de la parentalité. Cette activité ludique s’articule autour d’univers imaginaires dans lesquels les enfants vivent une aventure et deviennent acteurs de leurs apprentissages. La fiction favorise ainsi l’acquisition de nouvelles compétences : la socialisation, la coopération, le langage, l’ouverture d’esprit, etc.

Le Handball premiers pas pour les 5-8 ans

Activité adaptée en amont du mini-hand, elle permet de débuter la pratique du handball au sein d’un club, aussi bien pour les enfants que les parents. Sa spécificité : la nouvelle utilisation du terrain divisé en 4 espaces afin de créer différents ateliers dont l’espace détente, aisance corporelle, duel et confrontation collective.

Le mini-hand, pour les 9-12 ans

Version simplifiée du grand frère le handball)-, le mini-hand rend sa pratique plus accessible. Cette activité ludique, sportive et complète permet d’aborder plus simplement les règles du handball moderne : l'enfant court, lance, saute et développe son sens de la coopération et de la décision. Le jeune joueur peut ainsi se former et progresser, notamment par l'accroissement des duels tireur-gardien.

A partir de 12 ans, l’enfant peut, s’il le souhaite, commencer la compétition dans son club de handball et rêver peut-être à devenir un futur champion.

Une activité pour s’initier

Vous souhaitez initier vos élèves ou les enfants dont vous vous occupez au handball ? Découvrez une idée d’activité proposée par notre partenaire Actibloom : la passe à deux joueurs.  

Le principe : les deux joueurs avancent jusqu’aux plots placés par l’animateur en se faisant des passes sans faire tomber la balle au sol. Lorsqu’ils arrivent aux plots, l’un des deux tente de tirer dans la cage vide. L’équipe qui aura marqué le plus de points remporte le jeu.

Maintenant c’est à vous de jouer !

Source : www.ff-handball.org, actibloom.com

 

Pour aller plus loin, découvrez nos autres articles :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Bébé 0-3 ans
Comment aider l’enfant à s’endormir ?

La routine du sommeil revient tous les jours, que ce soit à la sieste ou le soir. S'il n'existe pas de méthodes miracles pour endormir les enfants, certaines conditions sont plus propices au sommeil.
Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous donne quelques conseils pour accompagner l’enfant en toute sérénité dans les bras de Morphée.

Dis-moi… Comment aider l’enfant à s’endormir ?

Le sommeil est nécessaire pour le développement du cerveau, la croissance du corps et le renforcement du système immunitaire. En faisant des activités calmes avant le coucher et en diminuant la lumière, l’adulte prédispose l’enfant à mieux s’endormir. C’est la glande pinéale ou épiphyse qui sécrète la mélatonine que l’on appelle l’hormone du sommeil. Elle est produite en absence de lumière et a pour mission principale de réguler le cycle du sommeil et de l’éveil. Tamiser ou éteindre la lumière aide donc l’enfant à s’endormir. Au contraire, la lumière vive et intense, comme celle des écrans, freine la production de mélatonine, ce qui nuit au sommeil.
Établir une routine prévisible au coucher rassure l’enfant car il sait ce qu’il va se passer. Lorsqu’il se sent en sécurité, il peut s’endormir plus facilement. Au besoin, une couverture ou un doudou auquel il est particulièrement attaché peut l’aider à se réconforter. Calme et détendu, l’enfant rejoint alors le pays des rêves en toute quiétude.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Établir une routine prévisible comprenant des activités calmes au coucher rassure l’enfant car il sait ce qu’il va se passer.
  • Proposer à l’enfant son doudou ou autre objet réconfortant (veilleuse, musique...) afin de le rassurer si de l’angoisse se fait ressentir.
  • Bannir les écrans avant le sommeil afin de favoriser la production de mélatonine.
  • Si le sommeil de l’enfant devient problématique pour la famille (fatigue intense des parents...), n’hésitez pas à en parler avec un spécialiste et surtout vous faire aider pour votre entourage. Il est important de vous protéger autant que protéger l’enfant.
  • Afin que l’enfant prenne l’habitude de s’endormir par lui-même, essayer dans la mesure du possible de le coucher quand il est encore éveillé.

 

Pour aller plus loin

Bébé 0-3 ans
Peut-on laisser les enfants jouer avec la nourriture ?

Lorsque vous étiez petit, vos parents vous ont sûrement répété à maintes reprises qu’il ne fallait pas jouer avec la nourriture. Pourtant, on considère aujourd’hui que c’est la meilleure manière pour eux de découvrir les aliments et de développer dès le plus jeune âge des habitudes alimentaires saines. En effet, les aliments présentent des aspects différents qui amènent les enfants à les manipuler, les goûter etc.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous aide à comprendre l’importance de la découverte sensorielle des aliments dans l’apprentissage de l’autonomie et le développement du goût.

Dis-moi… Peut-on laisser les enfants jouer avec la nourriture?

Découvrir de nouveaux aliments et apprendre à les aimer passe par le goût mais également par la vue et le toucher.
Quand on lui offre des cubes de pastèques, Nicolas les regarde, les prend du bout des doigts, s’amuse à les empiler et les soulève comme une fusée. Ces manipulations lui permettent non seulement de se familiariser avec cet aliment mais aussi d’exercer sa capacité à saisir de petites choses, à contrôler ses gestes et améliorer sa coordination. En écrasant la pastèque entre ses doigts, Nicolas découvre sa texture et constate que c’est tout plein de liquide. Quand il porte le morceau de pastèque à sa bouche, c’est avec plaisir qu’il en goûte le jus sans le croquer.
Les jeunes enfants aiment explorer leur nourriture et essaient peu à peu de se nourrir seuls avec leur doigts puis avec la cuillère. En laissant l’enfant manipuler, tâter et mâchouiller sa nourriture sans trop de restrictions, l’adulte lui donne l’occasion de découvrir ses aliments sous différents angles. Pour Nicolas, les moments de repas et de collations sont donc des moments de découverte et d’apprentissage comme lorsqu’il joue avec ses amis.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Laisser l’enfant explorer la nourriture qu’il a dans son assiette. En effet, le plaisir de manger passe par les cinq sens ainsi le toucher est aussi important que le visuel, l’olfactif ou le gustatif.
  • Le fait de prendre les aliments dans sa main va faire, par ailleurs, travailler sa motricité fine (et surtout la pince de la main)
  • Prévoir un tablier de table pour que l’enfant puisse explorer les aliments sans risque qu’il se tache ou se salisse.
  • Mettre en place des ateliers repas où l’enfant peut toucher, tripatouiller, mâchouiller… les aliments et surtout ceux qu’il ne connaît pas.

Pour aller plus loin

Bébé 0-3 ans
Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Entre 1 et 3 ans, l’enfant a besoin d’un petit coup de pouce de votre part pour réaliser une tâche. En effet, son cerveau ne sachant pas encore organiser ses tâches, l’enfant est focalisé sur le moment présent.

Ce nouvel épisode de la série Dis-moi vous aide à comprendre le schéma de pensée de l’enfant et vous donne quelques astuces pour l’aider à organiser la tâche à réaliser.

Dis-moi… Pourquoi les enfants ont besoin d’aide pour réaliser une tâche ?

Notre petit Ludovic se prépare pour jouer avec de la pâte à modeler. Mais son éducatrice lui demande de ranger d’abord le casse-tête de train, avec lequel il jouait. Son envie de profiter du moment présent prend alors le dessus et lui fait oublier la consigne de son éducatrice : Ludovic recommence à jouer. Cette attitude est tout à fait normale pour un enfant de son âge : plus l’enfant est jeune, moins il est capable de planifier. Son cerveau n’est pas assez mâture : l’enfant est alors davantage concentré sur le moment présent et le plaisir immédiat.
Ainsi, vous pouvez diviser la tâche en plusieurs étapes compréhensibles et à répéter les consignes. Dans le cas présenté, l’éducatrice indique à Ludovic de ranger les pièces dans la boîte puis, elle lui signifie d’aller placer la boîte sur l’étagère.
L’adulte permet ainsi à l’enfant de développer sa propre capacité de planification, ce qui est indispensable notamment pour l’ensemble des tâches quotidiennes.

Comment accompagner l’enfant ?

  • Nommer et décrire les tâches à réaliser
  • Accompagner l’enfant dans la priorisation et l’aider à séquencer ses tâches
  • Etre un acteur accompagnant sans se substituer à l’initiative de l’enfant
  • Valoriser les tâches accomplies
  • Donner des consignes courtes et concrètes
  • Découper la tâches en petites parties
  • Être un modèle, faire preuve d’exemplarité
  • Instaurer des routines
  • Offrir des choix et apprendre à sélectionner

Pour aller plus loin

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :