Le rendez-vous des enfants,
des parents et des professionnels

AccueilEnfant 3-12 ansL'œil du proDemain tous responsables !

Demain tous responsables !

Fais attention à la route” est sûrement l’une des phrases les plus prononcées par les adultes, à destination des enfants. Face aux dangers de la route, il n’est jamais trop tôt pour les sensibiliser et les aider à adopter les bons réflexes.

L’adulte, 1er exemple pour l’enfant

Dès son plus jeune âge et pendant de nombreuses années, l’enfant imite les adultes, surtout ses parents : voilà pourquoi, votre  comportement doit être exemplaire.

  • traverser sur les passages piétons s’il y en a un et non pas “en dehors des clous”. S’il n’y en a pas, montrez-lui comment choisir un lieu où il sera visible et où il verra loin des deux côtés de la route ;
  • regarder à gauche et à droite de la chaussée pour voir si des véhicules arrivent, avant de s’engager sur le passage piéton ;
  • s’il y a des feux, vérifier que le bonhomme est vert et que les voitures sont bien arrêtées avant de traverser ;
  • traverser en marchant, pour ne pas risquer de tomber sur la chaussée.

Un rôle crucial vers l’autonomie

L’apprentissage de la sécurité routière commence dès que l’enfant effectue des trajets avec un adulte (souvent dès 3 ans) : apprendre la différence entre la route et le trottoir, marcher sur celui-ci, traverser et repérer les dangers qui l’entourent, lui apprendre à observer ce qui se passe…
Nos 7 conseils pour lui faire adopter les bons comportements :

  • partir en avance pour éviter que l’enfant ait peur d’être en retard ;
  • lorsqu’il est tout petit, lui donner la main et marcher sur le trottoir (ou sur le côté de la route faisant face aux voitures) ;
  • signaler les lieux qui, même en marchant sur le trottoir, présentent un potentiel danger : sorties et entrées de garage, parkings ;
  • profiter d’une rue calme pour lui apprendre à traverser la rue ;
  • si une voiture est stationnée, lui montrer que pour être vu et bien voir, il faut descendre sur la chaussée et s’avancer jusqu’à la limite des voitures en stationnement avant de traverser ;
  • lui faire observer en permanence son environnement et les comportements des piétons, automobilistes, cyclistes ;
  • peu à peu, lui laisser plus d’autonomie : par exemple le laisser marcher à côté de vous sans lui tenir la main, puis seul ou avec un camarade devant vous. Attention : votre présence peut faire penser à l’enfant qu’il ne peut rien lui arriver.

Même si vous avez la certitude que votre enfant comprendra les dangers de la route et saura réagir, vous ne devez pas oublier qu’il ne sera capable d’évaluer correctement les situations qu’à partir de 11 ans. La vigilance est donc de mise !  

Quels outils pédagogiques pour éduquer à la sécurité routière ?

L’éducation à la sécurité routière fait partie intégrante des programmes de l’Education Nationale dès le cycle 1, et permet au cycle 3 la délivrance de l’Attestation de Première Education à la Route (ou APER). Afin d’accompagner cet apprentissage, vous pouvez :

  • regarder avec les enfants la série Rue Tom et Lila construite autour de 16 saynètes de la vie quotidienne et des dangers de la route ;
  • sensibiliser les enfants à la sécurité routière en créant un parcours pédagogique pour porteurs, tricycles et vélos grâce à notre kit de la route ;
  • les aider à comprendre le code de la route avec notre poster dédié ;
  • les faire prendre des bonnes habitudes avec le livre Mon gros cahier du Code de la Route.

Les enfants auront ainsi les armes pour “obtenir” leur permis piéton,  leur attestation et devenir des citoyens responsables.

Chargée de CommunicationTous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA Image
Le code de sécurité est requis
Enfant 3-12 ans
Le matériel au service du bien-être à l’école

Comment favoriser le bien-être à l'école et la concentration des élèves ?

Plus que jamais, la classe est un lieu qui vit, de par les élèves et l’enseignant(e) qui l’habitent mais aussi avec le matériel qui évolue. Dès lors, lorsque j’arrive dans une classe, j’aime m’y sentir bien, me créer mon univers pour favoriser le bien-être à l'école. Ce lieu est le prolongement de notre maison. En effet, nous y passons environ 140  jours dans l’année. Tout comme nous, les enfants doivent s’y sentir à l’aise et s’approprier ce lieu.

Afin de faciliter cette adaptation, sur chaque table, je dispose une enveloppe en plastique. Dans cette dernière, il y a une bague hérissée qui permet aux élèves qui ont besoin d’écouter en ayant un objet en main, sans gêner les autres. Petit à petit des objets garniront cette enveloppe à la demande de l’élève ou à l’initiative de l’enseignant(e). D'ailleurs, elle sera aussi bien utile pour stocker les étiquettes en attente de collage. En complément, des éléments en lien avec l’idée de classe flexible sont mis à disposition des élèves : ballons, galettes avec picots, pupitre incliné, rouleaux de massage et élastiques pour les pieds…

Ces éléments sont autant de possibles pour favoriser le bien-être à l'école. Ils permettent à chacun de travailler dans de bonnes conditions.

 

Cas pratique : le cahier du bonheur pour développer la confiance en soi

La bonne relation avec l'enseignant(e) permet aux élèves de rentrer plus facilement dans les apprentissages. C'est pourquoi, pour favoriser ce lien, mes élèves reçoivent un cahier du bonheur. Dans ce dernier, ils écrivent toutes les deux semaines six bonheurs en lien avec l'école. Cela peut concerner des situations appréciées, des réussites, des camarades... Ils le rangent dans un casier où se trouve déjà leur réserve de matériel. Il est nominatif.

Régulièrement, je leur écris dans ce cahier un petit message : toujours dans la valorisation pour développer la confiance en soi à l'école. En effet, il ne s'agit pas ici de conseiller aux élèves d'arrêter de bavarder ou de leur demander de faire des progrès dans un domaine. Aussi, les enfants peuvent me répondre ou me dire quelque chose par écrit.

C'est un cahier qui peut aider à donner confiance à l'élève en mettant l'accent sur ses réussites et en créant un lien privilégié avec l'enseignant(e). Il y a toujours des progrès à valoriser, des belles choses à retenir d'une journée de classe.

Ainsi, l'année scolaire sera remplie de bons souvenirs qui permettront aux élèves de poursuivre leur scolarité en étant plus sereins et confiants.

 

A découvrir dans la rubrique Carnets d'école :

Envoyer cet article à un ami


Veuillez remplir les champs obligatoires
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse email de destination valide
Votre message à été envoyé
Une erreur s'est produite. Le message n'pas été envoyé
Votre nom :
Votre email :
Destinataire :
Commentaire :